Petite-enfance

Auxiliaire de puériculture

Amélie, Pauline et Anissa travaillent auprès des bébés. Leur métier ? Auxiliaire de puériculture. Chaque jour, ces trois femmes font la toilette, soignent, nourrissent et jouent avec des enfants en bas-âge. Contrairement à ce qu’on pourrait croire (ou  espérer), ce n’est pas un métier de tout repos.

Pour nous aider à mieux connaître le quotidien des auxiliaires de puériculture, Amélie, Pauline et Anissa nous parlent de leur métier, des études, des écoles, de la formation et du concours pour devenir  auxiliaire de puériculture. 

Documentation gratuite

En quoi consiste le métier d’auxiliaire de puériculture ?

Amélie : Le métier d’auxiliaire de puériculture consiste à s’occuper de nourrissons ou d’enfants en bas-âge. L’auxiliaire de puériculture peut exercer en centre hospitalier ou maternité, en PMI  (centre de Protection Maternelle et Infantile), en crèche ou en halte-garderie.

Pauline : Notre rôle est de prodiguer les soins de base nécessaires comme la toilette, soigner les petits bobos, donner les médicaments, et nourrir le nouveau-né ou l’enfant. Nous veillons aussi à la propreté des locaux et du matériel utilisé. Nous aidons les jeunes mamans à découvrir les bons gestes à apporter à leur bébé.

Anissa : Sous la responsabilité de l’infirmière ou de l’éducatrice, l’auxiliaire de puériculture se charge de 5 à 8 enfants en crèche ou halte-garderie. Elle anime des jeux qui les éveilleront, veille à leur sécurité, et leur apprend à devenir autonome, en devenant propre ou en mangeant seul comme des grands !

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Amélie : Travailler au contact des enfants bien sûr !

Pauline : J’adore prêter main-forte aux jeunes mamans qui ne connaissent pas encore les bons gestes pour leur bébé.

Anissa : Le côté relationnel avec les enfants, les parents, et l’équipe avec laquelle on travaille.

Qu’est-ce que vous aimez le moins dans votre métier ?

Amélie : Les conditions de travail difficiles, les horaires qui varient d’une semaine à l’autre… Parfois, le manque de reconnaissance est aussi pesant.

Pauline : Les horaires qui changent régulièrement en cas d’absence ou congés des collègues.

Anissa : C’est un métier physique où on travaille dans le bruit et la plupart du temps le dos plié en deux. De plus, on ne fait pas que garder les enfants, il y a toute la partie hygiène à prendre en compte dans notre travail.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Amélie : L’auxiliaire de puériculture doit avoir de la patience, de l’écoute et de la réactivité, car il faut constamment garder un œil sur les enfants pour éviter le moindre accident.

Pauline : Pour être auxiliaire de puériculture, il faut bien sûr aimer les enfants, mais il faut aussi aimer le contact, car il y a une grosse part de social dans notre métier. Il faut aimer partager ses connaissances et dialoguer. J’estime qu’il faut donc être jovial, dynamique et prévenante.

Anissa : Le relationnel, l’écoute, le professionnalisme, et surtout aimer travailler au contact des enfants !

Quelle est la formation pour devenir auxiliaire de puériculture ?

Pour devenir auxiliaire de puériculture, vous devrez obtenir le Certificat d’Auxiliaire de Puériculture délivré par un institut de formation au métier d’auxiliaire de puériculture.

Documentation gratuite

Y a-t-il un concours d’auxiliaire de puériculture ?

Il y a effectivement un concours à décrocher pour travailler en tant qu’auxiliaire de puériculture. Pour passer ce concours, il faut être âgé de 17 ans au moins à la date d’entrée en formation et avoir un certificat médical attestant que vous êtes apte à faire ce métier.

Vous devez également soit :
– avoir un enfant,
– ou le Diplôme national du Brevet des Collèges,
– ou le CAP Petite Enfance,
– ou une attestation de suivi d’une classe de 1ère préparant au baccalauréat,
– ou un titre ou diplôme du secteur sanitaire ou social homologué minimum niveau 4,
– ou travailler ou chômer 2 ans dans le secteur de la petite enfance ou 3 ans dans un autre secteur.

Pour le concours d’entrée en école d’auxiliaire de puériculture, vous passerez dans un premier temps, une épreuve écrite de 2 heures portant sur le programme de biologie humaine, nutrition et alimentation du brevet d’étude professionnelle carrière sanitaires et sociales

Si vous avez validé votre diplôme de BEP sanitaires et sociales vous serez dispensés de cette épreuve.

Si vous avez obtenu un minimum de 10/20 à l’épreuve écrite, vous passerez dans un second temps une épreuve orale de 15 mn face à un jury de professionnels et d’enseignants sur un sujet d’ordre sanitaire et social.

Ensuite, si vous réussissez le concours, vous serez déclaré admissible, et selon votre classement et votre âge (priorité à la plus âgée) vous aurez la priorité ou non pour rentrer dans un institut de formation.

Existe-t-il des écoles d’auxiliaire de puériculture ?

La plupart des Chirurgiens-Dentistes se forment en Facultés dans les Unités de Formation et de Recherche (UFR) d’odontologie comme à Paris Vous pouvez devenir d’auxiliaire de puériculture en passant le Certificat d’Auxiliaire de Puériculture auprès d’un institut de formation. Il y en a partout en France. La formation dure 10 mois avec des stages. Vous ferez 35h/semaine. Ces écoles spécialisées sont payantes, leur prix varie selon les instituts. Plusieurs organismes de formation à distance pour prépare également au concours (Croix Rouge, Cours Minerve, Educatel…)

Quel est le salaire d’une auxiliaire de puériculture ?

Le salaire d’une auxiliaire de puériculture varie selon l’échelon et l’établissement pour lequel il travaille. L’auxiliaire de puériculture gagne généralement 1500€ brut/mois en début de carrière, pour atteindre approximativement 2000€ brut/mois en fin de carrière.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

Amélie : De bien se renseigner avant de se lancer, car on idéalise souvent les métiers du secteur de l’enfance. Les conditions de travail ne sont pas toujours roses, c’est pourquoi l’amour du métier prime pour s’épanouir.

Pauline : Je pense qu’il faut avoir en tête que bien sûr, notre travail est axé sur l’enfant, mais qu’il n’a pas que ça, qu’il y a aussi le côté hygiène et relationnel (on travaille souvent rien qu’entre femmes alors parfois, ça fait des étincelles, mais c’est très vite oublié !).

Anissa : C’est un métier qui demande beaucoup d’énergie, alors si vous avez la pêche et que vous aimez les enfants, ce métier est fait pour vous !

Ce métier vous intéresse ? Recevez gratuitement une documentation sur la formation.