Banque - Finance

Banquier


Vous êtes à l’aise avec les chiffres et appréciez le contact ? Le métier de banquier est peut-être fait pour vous.

Après quelques années d’études faisables en alternance, vous pourrez exercer en tant que banquier dédié aux particuliers, ou en tant que banquier d’affaires où vous serez en relation avec une clientèle de professionnels.

Didier, Laurence et Franck, tous les trois banquiers, nous parlent de leur quotidien et donnent les pistes pour celles et ceux qui seraient attirés par ce métier qui recrute.

Retrouvez également sur cette fiche métier comment devenir banquier (les études, la formation), ainsi que le salaire de la profession. 

En quoi consiste le métier de banquier ?

Didier : Je suis banquier chargé d’affaires professionnelles. Mon métier consiste à développer une clientèle de professionnels : prospection de nouveaux clients et entretien d’un portefeuille de PME, PMI, TPE, de commerçants, d’artisans, de professions libérales.

Laurence : Je suis chargée de clientèle particulier. J’apporte des conseils aux particuliers qui souhaitent emprunter ou placer leur argent.

Franck : Mon métier de banquier, je le vis chaque jour au guichet. Je m’occupe de l’accueil des clients, je les renseigne, leur remets leur carte bancaire et/ou leur chéquier, je prends les rendez-vous avec les chargés de clientèles. Je me rends utile au quotidien de l’agence.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Didier : J’apprécie d’être en contact chaque jour avec des clients qui, au vu de leurs activités respectives, ont tous un besoin différent. C’est très enrichissant d’échanger avec eux et de se tenir informé des évolutions des secteurs d’activité.

Laurence : Chaque projet est différent, et quand un client revient heureux d’avoir enfin sa maison, je suis ravie d’avoir contribué à leur bonheur.

Franck : Les clients avec qui on sympathise, avec qui on instaure une certaine confiance avec le temps. Pour certains clients qui passent tous les jours, on fait presque partie de la famille !

Qu’est-ce que vous aimez le moins dans votre métier ?

Didier : Le poids de l’administratif et du réglementaire, sans assistance d’un secrétariat, la pression des clients pour faire le nécessaire « pour hier », l’élargissement de plus en plus important de la gamme des produits proposés liée à l’évolution du secteur bancaire et des technologies.

Laurence : Devoir vendre des forfaits téléphoniques.

Laurent : Les clients qui nous prennent de haut, ceux qui estiment qu’on est à leur service dès qu’ils entrent dans l’agence, et qui n’hésitent pas à faire un scandale pour une bagatelle, comme un chéquier pas encore arrivé… Pour moi, c’est un manque de respect.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Didier : Il faut avoir un tempérament commercial, aimer le contact, savoir analyser les risques tant des personnes en face soi que financiers (bilans et secteur d’activité). Il faut aussi être disponible, réactif et organisé.

Laurence : Il est indispensable d’avoir des qualités relationnelles, être force de proposition et méthodique pour exercer le métier de banquier.

Franck : Il faut être organisé pour ne rien oublier, et aimer le contact avec la clientèle.

Quelle est la formation pour devenir banquier ?

Il faut au minimum le BTS Banque qui est ouvert à tous les bacheliers. Ensuite, vous pourrez continuer vos études si vous souhaitez vous spécialiser, dans le commerce international par exemple. Notez que les banques apprécient l’alternance qui leur permet de tester et former les candidats.

Y a-t-il un concours de banquier ?

Non, mais des études en interne sont possible via le CFPB (Centre de Formation de la Profession Bancaire).

Existe-t-il des écoles de banquier ?

Après votre BTS Banque, vous pouvez suivre un I.U.P, un I.EP, ou un autre Master, afin d’avoir un Bac+5 et pouvoir prétendre directement à un poste de cadre.

Quel est le salaire d’un banquier ?

Tout dépendra de son statut dans la grille salariale, mais en général, un banquier débutera sa carrière avec un salaire brut d’environ 1700€/mois. Il pourra évoluer jusqu’à  plus ou moins 3400€ brut/mois en fin de carrière.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

Didier : C’est une bonne expérience de départ qui peut déboucher sur d’autres métiers, et servir éventuellement de tremplin, au vu de la connaissance que l’on acquiert sur d’autres professions.

Laurence : Parler plusieurs langues peut être un plus pour vous orienter vers une carrière internationale.

Franck : Je vous conseille de suivre vos études en alternance, car c’est le meilleur moyen de mettre un pied dans une entreprise. Dans le système bancaire, cela débouche souvent sur une embauche.