Le sous-officier de l’armée de l’air exerce son métier la plupart du temps au sol, dans une base aérienne. Il choisit sa spécialité parmi plusieurs domaines : opérations aériennes, mécanique, renseignements, sécurité, administratif, informatique, logistique-transport… 

En quoi consiste le métier de sous-officier de l’armée de l’air ?

Didier : Ce métier est diversifié, tout dépend de la spécialité choisie. Personnellement je suis contrôleur de circulation dans l’armée de l’air, je travaille dans une tour de contrôle, je guide les avions dans l’espace aérien, je contrôle l’activité aérienne, je veille au bon déroulement des décollages et atterrissages et j’informe l’équipage et les militaires au sol sur la météo et les travaux et éventuelles perturbations.

Paolo : Je suis sous-officier mécanicien aéronef de l’armée de l’air. Mon métier consiste à diagnostiquer, réparer, régler et vérifier la structure des aéronefs (avions de chasse, avions de transport, hélicoptères, drones…). Je suis responsable de leur bon fonctionnement et encadre une équipe de mécaniciens.

Hugo : Je suis interprète image dans l’armée de l’air, je travaille dans une station de communication et de contrôle. Mon rôle est de remonter un maximum d’informations à mes supérieurs, j’exploite, j’analyse et j’interprète lors de différentes missions des photographies aériennes d’origine satellitaire. Je reste soldat avant tout, je peux donc être envoyé en mission à tout moment pour défendre mon pays.

Qu’est ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Didier : Je sers mon pays.

Paolo : J’aime les situations d’urgence.

Hugo : Les journées ne se ressemblent jamais.

Qu’est ce que vous aimez le moins dans votre métier ?

Didier : Les contraintes horaires et la fatigue engendrée par les permanences effectuées les nuits et les week-end.

Paolo : je suis toujours déçu quand je n’arrive pas à réparer un véhicule dans les temps, je me sens responsable.

Hugo : Ce n’est pas évident de partir en mission imprévue et de laisser sa famille.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Didier : La rigueur, une grande disponibilité et la faculté d’adaptation.

Paolo : Il faut savoir faire face à l’imprévu, être autonome et s’adapter à toute situation.

Hugo : Etre rigoureux, avoir une bonne condition physique, savoir rester concentré et avoir l’esprit d’équipe.

Quelle est la formation pour devenir sous-officier de l’armée de l’air ?

Il existe 2 formations pour devenir sous-officier de l’armée de l’air :

  • Il faut être titulaire du baccalauréat, de nationalité française et âgé de 17 à 24 ans pour intégrer l’EFSOAA (école de formation des sous-officiers de l’armée de l’air) de Rochefort (17). La formation dure 16 mois et se solde par la délivrance du certificat d’aptitude militaire. Elle se poursuit par une formation technique dans une école militaire de spécialisation.
  • Il faut être agé de 16 à 18 ans, de nationalité française et avoir suivi une classe de seconde pour intégrer l’école d’enseignement technique de Saintes (17). Les élèves suivent une formation scolaire, milititaire et sportive de 20 mois qui les prépare au baccalauréat et se solde par la délivrance du certificat d’aptitude militaire. Après l’obtention du baccalauréat, les élèves peuvent intégrer soit l’école de formation des sous-officiers de l’armée de l’air (EFSOAA) de Rochefort (17), soit l’école des techniques de la sécurité de l’armée de l’air de Cazaux (33).

Y a-t-il un concours pour exercer ce métier ?

Oui, les 2 formations sont accessibles par un concours.

Existe-t-il des écoles spécialisées dans ce domaine ?

Oui, l’ecole de formation des sous-officiers de l’armée de l’air (EFSOAA) à Rochefort (17).

Quel est le salaire d’un sous-officier de l’armée de l’air ?

Un sous-officier de l’armée de l’air débutant gagne le SMIC. Le salaire évolue en fonction du grade et de l’ancienneté. Des primes et indemnités peuvent être versées en fonction des missions et de la taille de la famille du sous-officier.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

Didier : Le sous-officier évolue de grade dans l’armée de terre. Soyez patient et persévérant !

Paolo : Ce métier ne se choisit pas sur un coup de tête, il doit être une véritable passion. Prenez le temps nécessaire avant de vous engager.

Hugo : Il faut aimer la mobilité pour être sous-officier de l’armée de l’air, car on peut être appelé en mission à tout moment.

PARTAGER