Et si vous vous formiez à distance ? Plus de 100 formations proposées par notre partenaire. Plus d'informations et documentation gratuite en bas de cette page.

La recherche d’emploi est une étape devenue systématique dans tous parcours professionnels. Candidat débutant, expérimenté, en quête d’une évolution de carrière ou en reconversion professionnelle, le CV reste la clef qui vous ouvrira les portes de l’entretien.

Mais comment rédiger un CV qui fait mouche ? Inventez votre propre modèle, en vous inspirant des exemples ci-dessous. 

1 # Faire un CV pour les profils débutants

Bien qu’elle soit de plus en plus diplômée, la jeunesse française a toujours autant de mal à décrocher son premier emploi. Pour rédiger un CV qui fait mouche, cherchez constamment à mettre en avant trois éléments : le potentiel, les soft kills et la formation.

En tant que jeune diplômé, votre CV doit être vendeur et accrocheur.

Commencez par noter vos nom, prénom, vos coordonnées et les liens de vos profils sociaux. En effet, votre présence sur Viadeo, Linkedin, Doyoubuzz ou Twitter donnera à l’employeur un autre aperçu de votre personnalité. Le contenu de vos profils en ligne contribue à la révélation de votre potentiel.

Choisissez ensuite un titre avec accroche. Le premier, annonce immédiatement la fonction visée, le second précise le contexte ou l’objectif : environnement, expertise, technicité, durée d’expérience, types d’entreprises visées, pratique d’une langue, etc.
Par exemple « Consultante SAP Junior, anglais courant » ; « Conseiller bancaire, connaissance des agences de proximité » ; « Éducateur de jeunes enfants, spécialité Arts et Sport ».

Décrivez ensuite votre parcours de formation. Il s’agit, pour l’instant, de la partie la plus importante de votre vie professionnelle. Exploitez là au maximum : date, durée, intitulé du diplôme ou du titre, options choisies, sujets des rapports de stage ou mémoire, autres faits importants qui susciteront l’intérêt du recruteur, école ou université, localisation géographique.

Votre expérience occupe maintenant la deuxième partie du CV. Vous pouvez y mettre en exergue les périodes où vous avez été confronté à la vie en entreprise ou au travail en équipe : stage, période de professionnalisation ou d’apprentissage, immersion, pratique associative, projets en groupe d’envergure. L’employeur doit pouvoir y retrouver des mots-clefs importants et qui témoignent de certains soft kills : autonomie, travail en équipe, adaptabilité, créativité, collaboration, fiabilité.

Puis viennent vos connaissances informatiques et linguistiques. On doit comprendre précisément ce que vous savez faire avec ces outils.
Exemple : « Logiciels de traitement de texte, pratique experte : Word, Open office » ; « Anglais (courant, nombreux voyages aux USA et à Londres) et espagnol (bonnes notions, 6 années d’apprentissage en milieu scolaire et universitaire) ».

Pour finir, présentez vos pratiques extraprofessionnelles. Vous pouvez, si vous le souhaitez, utiliser des pictogrammes ou des symboles, mais surtout, vous devez appliquer deux consignes : oubliez la langue de bois, donnez des exemples personnels. C’est au travers de vos centres d’intérêt que l’employeur détectera votre potentiel.
Exemple : « lecture de la presse économique : business.lesechos.fr, start.lesechos.fr », « Jeux vidéo : participation à des ateliers de coding. », « Cinéma : fréquentation de salles indépendantes » etc.

À vous d’être percutant et honnête. Cette partie doit réellement vous ressembler et être illustrée d’exemples réels.

2 # Le CV par compétences, adapté aussi pour les seniors

Comme les profils juniors, les seniors connaissent de grandes difficultés à accéder au marché de l’emploi. En effet, si vous êtes un profil senior, vous êtes victime de nombreux préjugés : manque d’adaptabilité, de souplesse et de dynamisme, compétences obsolètes, difficile à manager, salaire élevé et la liste est longue !

Aussi, toutes les informations que vous mettrez sur votre CV devront combattre ces idées reçues.

Un CV de senior doit répondre à trois objectifs : synthétiser un parcours, mettre en avant l’adaptabilité et rassurer l’employeur.

Pour un CV qui fait mouche, évitez la saisie chronologique de vos expériences, vous risquerez de donner le tournis à votre lecteur. Le CV par compétences s’adapte à la majorité des personnes expérimentées, dont le senior. Il permet d’analyser et de synthétiser un parcours.

Commencez par inscrire vos nom, prénom et coordonnées sur votre CV. Ajoutez les liens de vos profils sociaux : Linkedin, Viadeo, Doyoubuzz, Twitter. Non seulement ce sera la preuve de votre intérêt pour les dernières tendances, mais en plus cela donnera à l’employeur une autre idée de votre identité.

Choisissez ensuite un titre avec accroche. Tel un slogan, il permettra à l’employeur de comprendre ce qui est important pour vous et l’objectif visé. De plus, il précise votre expertise technique, votre séniorité, votre connaissance de certains marchés, produits, etc.
Par exemple : « Adjoint de direction, en support aux équipes de vente » ; « Responsable méthodes industriel, secteur métallurgie, énergie et traitement des matériaux ».

En troisième place, vous aborderez vos domaines de compétences. Le recruteur devra retrouver ici les mots-clefs qui l’intéressent, pour pouvoir déterminer rapidement le panel de missions qu’il pourra vous confier. Vous pouvez les classer par colonnes, en commençant par celles qui vous intéressent le plus.
Par exemple : « Management des équipes terrain / Marketing et commercial ».

Nous allons maintenant aborder votre expérience professionnelle. Faites court et soyez efficace. Ne noyez pas votre interlocuteur avec de nombreuses données surtout si elles sont obsolètes. Votre responsabilité est d’analyser vos expériences, de les regrouper si besoin, de les sélectionner pour ne garder que les plus pertinentes et surtout de mettre en valeur, au travers de chacune d’entre elles, votre technicité, expertise, savoir-faire, adaptabilité et valeur ajoutée. Dans cette partie du CV, il est intéressant d’ajouter des détails et des chiffres : nombre de personnes managées, typologie des équipes, chiffre d’affaires réalisé, nombre de dossiers traités etc.

De plus, pour que votre CV attire l’attention du recruteur, pensez à soigner certains détails qui rassurent le recruteur : connaissances de méthodes de travail récentes, de techniques modernes, de logiciels efficaces.
Par exemple « Notion de Thinking design » ; « Intérêt pour les start-up » ; « utilisation d’applications SIRH » etc.

Votre CV sera long, vous risquez de devoir l’établir sur deux pages. Ne le faites que si vraiment vous n’avez pas d’autres choix.

Votre parcours de formation arrive en quatrième place. En effet, il est de moindre importance. Néanmoins, n’oubliez pas de mentionner notamment les remises à niveaux et les périodes de formations continues dont vous avez bénéficiées. Ces dernières démontrent de votre dynamisme, de votre envie d’apprendre. Spécifiez les appellations des formations, leur durée et la date à laquelle vous les avez réalisées.
Par exemple : « Sept-Oct 2015 : formation à l’expérience client – CEGOS » ; « mai 2012 : remise à niveau en anglais des affaires – FORMASUD ».

Vous pouvez maintenant en dire un peu plus sur votre pratique d’une langue étrangère et surtout de l’informatique. Il s’agit ici de prouver que non, vous n’êtes pas largué à ce niveau. Là encore, soyez précis : que savez-vous faire et avec quels logiciels ?
Exemple : « Utilisation quotidienne du pack office (reporting, tableaux, PPT) » ; « Anglais, bonnes notions (animation de réunion, traitement de mails) ».

Achevez votre CV par vos activités de loisirs. N’oubliez pas qu’à travers cette lecture, l’employeur aura une idée plus précise de votre personnalité et de ce qui vous intéresse vraiment dans la vie. Soyez honnête, mais évitez plus que tout, les mentions impersonnelles ou généralistes.
Par exemple « Télévision : reportages politiques, émissions culinaires. » ; « Sport : marche rapide et vélo (10 km/semaine) » ; « Bénévolat : aide aux devoirs dans les quartiers en difficulté ».

3 # Un CV chronologique pour faire mouche

Même s’il est a priori moins utilisé, certains métiers peuvent tout à fait présenter un CV chronologique.

Vous occupez une fonction de production pure (employé libre-service, plombier, artisan, fleuriste) ou une fonction extrêmement technique (profils informatiques, experts industriels, comptable). Dans ces cas, le CV chronologique sera adapté à votre candidature.

Ce qui est d’abord recherché et apprécié par l’employeur dans ces situations, sont : la maîtrise de pratiques, le degré d’expertise, la connaissance de règles et de procédures, l’ancienneté, la capacité à faire vite et bien quelque chose.

Si vous êtes concerné par ce type de CV, voici comment faire :

Les premières parties qui figurent en haut du CV ne changent pas : état civil, coordonnées, âge, permis de conduire. Vous pouvez y ajouter les liens vers vos profils sociaux, si cela apporte réellement quelque chose en plus.

Inscrivez ensuite le titre de la fonction recherchée, agrémentée d’une phrase d’accroche.
Par exemple : « Comptable fournisseurs, 5 ans d’expérience en TPE/PME » ; « Manutentionnaire, CACES 1-3-5 » ; « Pâtissier traiteur, expertise cupcakes et verrines sucrées ».

La partie principale de votre CV reprend votre parcours professionnel dans ses moindres détails. Essayez d’être le plus exhaustif possible. Ainsi, précisez tout d’abord les : dates de début et de fin, durée, fonction occupée, nom de l’entreprise, localisation géographique. Puis vous évoquerez en détail vos missions, en précisant le contexte, la typologie des équipes et des clients, les objectifs atteints. N’hésitez pas à prouver par des chiffres ce qui est avancé. Cela rassurera le recruteur qui recherche une personne qui maîtrise son métier. Par ailleurs, l’environnement technique doit absolument être décrit pour chaque expérience, ainsi que les pratiques innovantes que vous avez pu mettre en place.

Au travers de toutes ces informations, l’employeur doit pouvoir déduire vos compétences relationnelles : autonomie, responsabilité, travail en équipe.

Votre parcours de formation peut ensuite être décrit. Généralement, dans votre cas, la mention d’un diplôme technique, d’une certification ou d’un titre reconnu par l’État devrait être suffisant. Là encore, spécifiez le contexte exact de la formation : date, durée, niveau et libellé du diplôme, centre de formation, lieu. ». Si c’est le cas, rajoutez toute mention, option ou spécialité.
Par exemple « 2000-2003 : Diplôme d’État d’infirmier – Centre IFSI Gonesse (95) » ; « Mai 2005 : formation complémentaire aux maladies tropicales – CHU Purpan (31) ».

Vous pouvez à présent parler de votre vie après le travail. Soyez honnête et adoptez un discours personnalisé. En effet, ces informations, parfois anodines, éclairent toujours l’employeur sur votre individualité.
Par exemple « Bricolage : animation d’ateliers de quartiers (SEL) » ; « Moto : participation à des randonnées urbaines ».

Le CV chronologique laissant souvent une impression peu dynamique, profitez-en pour intégrer une mise en forme vivante : gras, majuscules, couleur (pas plus de deux !), photos intéressantes.

4 # Un CV original quand on est créatif

Pour les candidats qui exercent des professions dans certains domaines (communication, web, graphisme, arts, design), l’élaboration d’un CV original est fortement appréciée, voire conseillée.

En effet, vous devez prouver ici à l’employeur trois choses : votre créativité, votre maîtrise de nombreux logiciels techniques, mais aussi votre capacité à vous inscrire dans l’air du temps.

Vous pouvez en profiter pour vous faire plaisir, tout en n’oubliant jamais votre unique objectif : comprendre les enjeux de votre futur employeur et y apporter des solutions.
Vous trouverez de nombreuses idées inspirantes sur Internet, notamment sur Pinterest.

Si vous optez pour ce type de CV, vous avez carte blanche. Mais faites attention, ce choix ne dois pas se retourner contre vous, en suscitant moquerie, incompréhension, rejet ou irritation.

Gardez toujours en tête que vous devez : présenter votre parcours de façon succincte, mettre en avant savoir-faire et savoir être, utiliser les bons mots-clefs et mentionner la preuve de ce qui est dit.

Enfin, faites encore plus attention, sur ce type de CV, aux fautes d’orthographe, aux familiarités et surtout veiller à ne pas trop en faire.

Préparez votre entretien avec un coach !

Mettez toutes les chances de votre côté en préparant vos entretiens avec un coach. Remplissez le formulaire, un conseiller vous informera sur le programme détaillé et les tarifs.

Et si vous vous formiez à distance ?

Plus de 100 formations proposées par notre partenaire Skill and You. Remplissez le formulaire, un conseiller vous informera sur le programme détaillé et les tarifs.
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.