Handi : cap ou pas cap ?

Vous souhaitez trouver le métier qui vous correspond ? Nous vous invitons à essayer la plateforme Chance qui vous propose un parcours 100% en ligne pour choisir le travail qui vous rendra heureux(se) avec un essai gratuit.

Nous sommes nombreux à mieux connaître les logos liés au handicap que les personnes porteuses de handicap. Un fauteuil roulant, une prothèse auditive ou une canne blanche ne reflètent ni une personnalité, ni des compétences. Sans parler de ce qui ne se voit pas. Qui sont les personnes porteuses de handicap ? Comment se passe leur insertion sur le marché du travail ? Quelques minutes d’attention pour changer de regard et de perspectives sur ceux et celles qui se débattent chaque jour avec les blocages d’une société gangrénée d’à prioris. 

Handicaps, portraits pluriels 

Des formes multiples 

Il est courant de parler de handicap de façon générale. Pourtant, chaque personne porteuse de handicap vit une situation particulière et porte un regard unique sur les difficultés de son quotidien. Ce sont des hommes, des femmes, des enfants, jeunes ou moins jeunes, qui connaissent selon le droit français “une limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société, subie dans son environnement en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales ou intellectuelles”. Le handicap a pu se développer intra-utérin, en période périnatale ou bien plus tard dans la vie, à cause d’un chromosome capricieux, d’une maladie, d’une infection, d’un accident. Il a fallu apprendre à vivre avec, contourner ses empêchements et se construire un mental d’acier pour affronter un univers où la différence est plus un argument marketing qu’une vertu de vivre-ensemble. Il est faux de considérer que toutes les personnes porteuses de handicap sont en fauteuil roulant. Pour 80% des personnes porteuses de handicap, vous ne pourriez pas le supposer puisqu’il s’agit d’un handicap invisible. Les handicaps sont classés selon plusieurs catégories : 

  • Le handicap moteur. La motricité de la personne est altérée de façon totale ou partielle. Les bras, les jambes et/ou la colonne vertébrale ne permettent pas le déplacement ou la préhension d’objet. 
  • Le handicap mental. La personne est limitée dans ses apprentissages et sa capacité à comprendre. 
  • Le handicap sensoriel. Un des sens est approximatif ou ne fonctionne pas. C’est le cas notamment des personnes sourdes, malentendantes, malvoyantes ou aveugles. 
  • Le handicap psychique. Le rapport à soi, aux autres et à la société est compliqué. On peut le retrouver par exemple avec des troubles comme la psychose, la schizophrénie et les comportements addictifs. 
  • Le handicap cognitif. Comme avec la dyslexie ou dyspraxie certains apprentissages peuvent être rendus difficiles. La maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson altèrent progressivement la cognition adulte. 

Ces situations peuvent être complexes, imbriquées ou cumulées. On dit alors que la personne a un poly-handicap. 

Trop visibles, pourtant invisibles 

L’Histoire relate des événements pas tendres avec les personnes porteuses de handicap. De tout temps, la différence dérange, inquiète. Tantôt montrées du doigt, mises à l’écart, ridiculisées, ostracisées, stérilisées ou même euthanasiées, les personnes porteuses de handicap ont subi des destins doublement difficiles, d’une part le handicap, d’autre part le rejet et l’incompréhension de la société. Heureusement, la chasse aux sorcières a levé le pied. Les personnes porteuses de handicap ont d’abord été prises en charge par leurs familles, bientôt relayées par des institutions plus ou moins spécialisées. Quand les invalides des deux guerres mondiales ont été trop nombreux, l’État s’est senti une dette vis à vis d’eux. Depuis 1975, en France, les enfants et adolescents porteurs de handicap ont une obligation d’instruction, la prévention et le dépistage deviennent plus fréquents. La loi de 2005 renforce les droits des personnes porteuses de handicap.

Pour autant, le chemin de vie comporte quelques pavés à contourner. Le valide avance dans un monde à sa portée. Pour la personne porteuse de handicap certains actes de la vie quotidienne reste un défi perpétuel. D’abord l’école, en milieu ordinaire ou spécialisé. Là où l’on apprend le regard des autres et la complexité des institutions. Il faudra au moins la patience et l’amour de parents dévoués, une garantie pas universelle. Puis les déplacements. Les institutions, la Poste, les Impôts, les magasins où la langue des signes est une langue rare et le braille quasi-inexistant. Bien sûr les ascenseurs, plateformes et places de parking réservées se sont multipliées. Mais a t-on changé dans le même temps la perception des gens et la capacité à aimer son prochain en dépit du handicap ? Le mal d’amour et de sexualité reste d’actualité. Chut, on avance en sujet tabou. Les chiffres autour du handicap restent invisibles : sujet mis sous le tapis pour ne pas voir la vérité en face ou omission de la thématique par manque d’intérêt économique, politique, sociétal ? 80 millions de personnes porteuses de handicap en Europe, ce n’est pas rien. Si les gouvernements ont progressé, les mentalités ont encore besoin d’évoluer pour que le handicap fasse pleinement et équitablement partie de la vie en société

Les universités sont sur le bon chemin, elles proposent des accompagnements personnalisés pour les étudiants porteurs de handicap. Des aménagements de planning ou d’épreuves peuvent être proposés. Une aide à la prise de note, de tutorat aident l’étudiant à prendre ses marques pour réussir sa poursuite d’études supérieures. Ils et elles sont de plus n plus nombreux à passer le bac, à chercher l’information et à se battre pour la reconnaissance des droits et une existence épanouissante. 

Handicap et travail 

Inégalité des chances 

L’arrivée sur le marché du travail ne se fait pas sans heurt. Délit de faciès, croyances collectives, dévalorisation des compétences sont monnaie courante. La loi oblige les entreprises d’au moins 20 salariés à compter dans ses rangs 6% de personnes porteuses de handicap sur l’effectif total. Pourtant en 2018, le handicap était le motif numéro un de discrimination au travail. Un jeune porteur de handicap subit 8 fois plus de discriminations qu’un jeune sans handicap. Les chiffres du chômage des personnes porteuses de handicap soulignent les difficultés à trouver un emploi et à le garder, d’autant plus en gagnant de l’âge. À cause de la concurrence forcenée, de la course aux résultats et de la mauvaise prise en compte du handicap, les entreprises réduisent les effectifs, invitant les personnes porteuses de handicap à prendre la porte ou à voir à la baisse leurs ambitions et leurs prétentions salariales. Avoir un travail est une chance de plus d’avoir une vie sociale, d’être actif dans la société, de gagner une certaine autonomie et de devenir financièrement indépendant. Être mis sur la touche accroît le mal-être et les situations précaires. 

Pour les porteurs de handicap, il existe plusieurs possibilités d’insertion sur le marché du travail : 

  • Le milieu protégé. Les ESAT sont des structures médico-sociales qui proposent des activités professionnelles non salariées en fonction du handicap de la personne. Les centres d’aide au travail à domicile aident à occuper une fonction depuis chez soi. Les entreprises adaptées présentent un fonctionnement plus souple que l’entreprise ordinaire. 
  • Le milieu ordinaire. Il s’agit des entreprises privées et des structures publiques non spécialement pensées pour les personnes porteuses de handicap. 
  • La création d’entreprise. Ils/elles sont de plus en plus nombreux à passer le pas pour s’inventer des conditions de travail sur mesure qui prendront en compte leurs compétences et leurs besoins spécifiques. 

Employeurs, acteurs du changement 

Vous êtes recruteur et souhaitez changer vos pratiques en matière de handicap. Bravo. 

1. J’ai peur que l’aménagement pour le handicap me coûte cher. 

La personne porteuse de handicap a droit à un espace de travail optimisé et à un aménagement raisonnable pour mener à bien ses missions et vous devez le lui fournir. Vous pouvez vous faire accompagner et aider financièrement par l’Agefiph. 

2. J’ai peur de ne pas comprendre les besoins de la personne porteuse de handicap. 

Une discussion franche avec la personne concernée ou son accompagnant vous aidera à cerner les spécificités de la personne et à adapter le poste et les conditions de travail. Un ergothérapeute vous aidera à travailler autour du confort et des besoins du corps. 

3. Je ne sais pas comment l’intégrer dans l’équipe. 

La personne porteuse de handicap doit pouvoir participer autant que les autres aux réunions internes, aux événements de l’entreprise. Un tutorat initial pourra permettre la transmission de savoir-faire, connaissances et pratiques propres à l’entreprise. 

4. J’ai peur du regard de mes clients, fournisseurs et concurrents. 

Choisir une personne porteuse de handicap pour ses compétences et aptitudes pour occuper un poste est un acte courageux. Vous vous placez du côté de ceux et celles qui défendent leurs droits. Vous bouleversez les codes et tant mieux, le changement de regard de la société a besoin de gens qui s’engagent et croient aux potentiels de chacun. 

5. Je ne sais pas comment me comporter. 

Vous avez face à vous un être humain avec des sentiments, des capacités et un parcours de vie. Chassez pitié et condescendance, intéressez-vous à l’humain(e). 

Ressources 

  • Agefiph. Acteur de l’insertion, du maintien et de l’évolution professionnelle des personnes porteuses de handicap. La structure sensibilise, informe et travaille auprès des entreprises et de Pôle emploi pour accompagner le recrutement et l’insertion. www.agefiph.fr
  • MDPH. Chaque Maison Départementale des Personnes Handicapées gère les situations de personnes autour du handicap. La Reconnaissance de la qualité du travailleur handicapé (RQTH) ouvre droit à des aides, prestations sociales et accès à l’emploi. Des équipes médico-sociales accompagnent, informent, orientent et dressent la liste des besoins et démarches à entreprendre. 
  • Cap emploi. Réseau public spécialisé dans l’accompagnement et l’information des personnes porteuses de handicap concernant l’emploi et l’insertion professionnelle.
  • Union professionnelle des travailleurs indépendants handicapés. Accompagnement et soutien à la création d’entreprise.
  • Dispositif osons l’égalité. Pour les jeunes de moins de 30 ans avec RQTH. Accompagnement sur le marché de l’emploi.
  • Coach d’insertion. Ceux qui ont développé une spécialisation autour du handicap proposent un accompagnement d’orientation/réorientation pour s’épanouir au travail.
  • Défenseur des droits. C’est vers lui que l’on se tourne pour les situations de discrimination. 
Ergotherapeute

Ergothérapeute

Vous souhaitez aider les patients à retrouver autonomie et indépendance par le biais de la rééducation et la réadaptation ? Devenez ergothérapeute !
Aide médico-psychologique

Aide Médico-Psychologique

L’Aide Médico-Psychologique travaille auprès de personnes handicapées physiques ou mentales sévères, ou de personnes âgées dépendantes.
Educateur spécialisé

Éducateur spécialisé

L’éducateur spécialisé peut travailler aussi bien auprès des enfants, des personnes handicapées ou encore des adultes en rupture professionnelle, familiale.
Accompagnement éducatif et social (AES)

Accompagnant éducatif et social (AES)

L’accompagnant éducatif et social (AES) aide au quotidien des enfants, des adultes ou des personnes âgées vulnérables ou en situation de handicap.
Moniteur éducateur

Moniteur-Educateur

Le moniteur-éducateur accompagne les personnes en difficultés physiques, psychiques ou sociales et à retrouver l’autonomie.
Assistant de vie aux familles

Assistant de vie aux familles (ADVF)

L’Assistant de vie aux familles (ADVF) accompagne les personnes fragilisées ou sensibles comme les jeunes enfants, les personnes malades, handicapées…

A la recherche du métier qui "matche" parfaitement à votre profil et vos ambitions ? Essayez gratuitement la plateforme Chance qui vous propose un parcours 100% en ligne pour choisir le travail qui vous rendra heureux(se).


101 affirmations positives

Affirmations positives

Très en vogue, l’affirmation positive permet de (re)prendre confiance en soi. Voici 101 affirmations positives pour vous booster.

Comment trouver sa voie?

Trouver sa voie

Vous êtes perdu(e) dans la route à prendre ? Vous ne savez pas quoi faire de votre vie ? Pas d’inquiétudes. Voici comment trouver sa voie !





Auxiliaire de vie

Auxiliaire de vie

L’auxiliaire de vie scolaire et l’auxiliaire de vie sociale ont un point commun : aider son prochain.

Serrurier

Serrurier

Il est spécialisé dans le travail des métaux qu’il façonne et travaille dans tout type de construction métallique : de la menuiserie à la charpente…

Atsem

Atsem

L’ATSEM travaille dans les écoles maternelles et seconde l’instituteur dans ses fonctions en préparant les ateliers et en donnant le goûter aux enfants. Mais pas seulement…

Éducateur canin

Educateur canin

L’éducateur canin éduque ou rééduque les chiens qui présentent des troubles du comportement comme l’aboiement intempestif, l’agressivité ou encore des problèmes de propreté. 

Éducateur spécialisé

Educateur spécialisé

L’éducateur spécialisé peut travailler aussi bien auprès des enfants, des personnes handicapées ou encore des adultes en rupture professionnelle, familiale.

Puéricultrice

Puéricultrice

Infirmière de formation, la puéricultrice travaille auprès des enfants et de leurs parents. Elle encadre les auxiliaires de puériculture et les EJE.

Infirmier

Santé

L’infirmier apporte des soins au patient, l’écoute, le rassure. Elle fait souvent le lien entre le médecin et le patient.

Accompagnant éducatif et social (AES)

Accompagnement éducatif et social (AES)

L’accompagnant éducatif et social (AES) aide au quotidien des enfants, des adultes ou des personnes âgées vulnérables ou en situation de handicap.

Esthéticienne

Estheticienne

L’esthéticienne est aux petits soins avec ses clients qui viennent la voir pour une épilation, une manucure, un maquillage, mais aussi pour se détendre.