Hommes, femmes, même combat ?

Vous êtes en reconversion professionnelle et souhaitez trouver le métier qui vous correspond ? Nous vous invitons à essayer la plateforme Chance qui vous propose un parcours 100% en ligne pour choisir la voie professionnelle qui vous ressemble vraiment, avec une séance offerte de 30 minutes pour faire le point.

Les mentalités évoluent, les politiques en faveur de la place des femmes dans la société française se multiplient. Qu’en est-il en réalité ? Hommes et femmes avancent-ils en terrain paritaire ? Peut- on parler d’égalité ? Jetons un œil aux pratiques en cours pour comprendre le match hommes-femmes. 

Un sexisme bien ancré 

Récapitulatif 

À l’échelle de l’humanité, la place des femmes dans la société est récente. Bien sûr elles existaient, mais pas vraiment en temps que personnes. Bonnes à enfanter et s’occuper des tâches ménagères, elles étaient bien souvent la propriété de leur père et de leur mari. Elles aidaient aux activités agricoles et à la vente. Elles tissaient ou pleuraient pour les rites funéraires. Fragiles, dociles, monnayables, elles n’étaient pas considérées comme faisant partie de la société. L’Histoire les a mises de côté sans s’encombrer de bienséance. D’ailleurs, dans nos manuels, Jeanne d’Arc, la seule femme dont on entende parler, est jugée folle et jetée au bûcher. Même les religions montrent du doigt les figures féminines. Pas étonnant donc que la société ait continué de transmettre des idées reçues. Les stéréotypes et les rôles de genre se sont perpétrés de génération en génération. Les hommes, bien arrangés par l’affaire, ont assis leur position de domination, pendant que les femmes ont fini par se persuader que c’est ainsi qu’on était une femme. Elles se sont effacées et ont pris l’habitude de n’occuper que des seconds rôles. Et encore quand ceux-ci leur étaient accordés : longtemps au théâtre les rôles de personnages féminins étaient joués par des hommes. 

Elles sont quelques-unes en 1789 à avoir espéré une place mais la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ne leur offre pas de poids électoral. La Seconde Guerre Mondiale envoie les hommes au front, les femmes participent à “l’effort de guerre”. On les trouve soudain utiles et compétentes. L’industrie, le secteur tertiaire, l’enseignement se mettent à les recruter. Avec la montée des syndicats, les femmes glanent quelques droits dans le début des années 1900’. En 1924, on leur donne l’autorisation de passer le baccalauréat. En 1936, elles accèdent aux études supérieures et n’ont enfin plus besoin de l’autorisation de leur mari pour obtenir des papiers d’identité. Elles passent aux urnes pour la première fois en 1944 alors que la politique existe depuis des millénaires. Dans les années 70’, le torchon brûle, on veut tordre le cou au patriarcat. Les femmes aspirent à plus de liberté et d’autonomie. Elles souhaitent disposer de leur corps, de leur argent, de leurs choix. La loi sur l’IVG en 1972 marque un tournant. Depuis, les législations concernant les droits des femmes et leur place dans la société occupent tous les mandats présidentiels. Un ministère dédié a même été créé. Dans la pratique, les données ne semblent pas si idylliques.

Les visibles invisibles 

Les femmes sont légèrement plus nombreuses que les hommes, pourtant, sur bien des thématiques elles sont invisibles. D’abord en politique, elles sont en minorité et très peu occupent des places stratégiques. Les prix littéraires sont plus facilement remis à des hommes, de même dans le cinéma les réalisatrices ne sont pas légion à jouir du tapis rouge et des paillettes. Le sport féminin occupe peu de place dans les grilles de programmation. Il n’y a bien que dans la publicité que les femmes sont omniprésentes, même si beaucoup de publicistes sont des hommes. Elles servent alors de faire-valoir. Les corps interchangeables sont au service d’un produit. Sois belle et tais-toi, on n’en demande pas beaucoup plus. La place des femmes et l’image qu’on en a restent cantonnées à des rôles figés de ménagères ou d’objets sexuels. 

À l’école du machisme 

La construction des représentations se fait dès l’enfance et de façon non délibérée :

  • Des jeux sexués. Les petites filles au ménage et à la cuisine, les petits garçons au sport et aux activités extérieures. 
  • Des espaces privilèges. Le terrain de football occupe la majeure partie des cours de récré.
  • Des attentes différentes. On attend des filles qu’elles soient appliquées, disciplinées, à l’écoute, alors qu’on encourage la force des garçons. 

Travail et discriminations 

Pourtant meilleures dans leurs études, les femmes rencontrent des difficultés sur le marché du travail. 

  • Des discriminations à l’embauche et au travail. Les écarts de salaires et de responsabilités restent importants sur des postes similaires et à compétence égale, à la fois dans le privé et dans la fonction publique. 
  • Un avancement de carrière empêché. La grossesse, le congé maternité, le nombre d’enfants servent de prétextes pour entraver la progression dans l’entreprise.
  • Du harcèlement au travail (sexuel et/ou moral). La position hiérarchique ou le simple fait d’être un homme donnent à certains une soif de pouvoir qu’ils n’hésitent pas à exercer pour obtenir des faveurs, amuser la galerie, écraser l’autre. 
  • Des métiers fermés. Les femmes sont majoritaires dans le secteur sanitaire et social, l’aide à la personne ou l’enseignement. Certaines professions leur restent difficiles d’accès : marin, chauffeur-livreur, pompier ou mécanicien automobile par exemple. 
  • Le temps partiel largement répandu. Pour s’occuper de la famille, les femmes acceptent plus souvent de travailler moins. Il en résulte des salaires et retraites moins élevés et des contrats plus précaires que ceux des hommes.
  • Un décalage horaire biologique. Une femme est jugée trop âgée pour travailler plus rapidement qu’un homme, elle risque donc de se retrouver au chômage plus tôt.
  • Des handicaps multiples. Une femme porteuse de handicap, homosexuelle ou de couleur cumulera les difficultés à s’insérer. 

Home sweet home 

La maison n’est pas toujours un refuge sécuritaire. Les mariages d’arrangement, les excisions existent, même en France, même en 2020. Pour les femmes, le domicile est dans certains cas un autre lieu de souffrance du genre. 60 000 femmes subissent quotidiennement les violences conjugales. Humiliations, violence, dégradation, emprise psychologique, viols sont le quotidien de personnes qui ont pour unique “tort” d’être des femmes. 

Les SDF de la gent féminine subissent elles aussi une violence accrue. 

Bien moins grave, mais symptomatique tout de même, l’implication dans les tâches ménagères n’est pas équitable. 

Ailleurs 

Bien sûr en France, la situation est critiquable, mais pas aussi mauvaise que dans d’autres coins du monde. Ailleurs, il est interdit de conduire, de fumer, de sortir. Les filles restent les grandes perdantes de l’accès à l’instruction. Mariées à peine adolescentes, exploitées, prostituées, vendues, les situations sont dramatiques et les droits inexistants. 

Une fois encore, les Nordiques font figure de modèle vers l’égalité. 

Femmes, se faire une place 

Au travail 

Être une femme dans le monde de l’entreprise n’est pas toujours facile. Être reconnue pour ses compétences plutôt que pour son physique peut prendre des années. Les autres femmes se méfient de la concurrence. Un loup dans la bergerie. Il peut être important de :

  • Se montrer ferme mais diplomate 
  • Connaître la loi 
  • Ne pas laisser passer les comportements douteux 
  • Empêcher une situation de s’installer 
  • Garder des preuves 
  • S’adresser aux bons interlocuteurs. 

Tout ceci dans le but d’être intégrée, tout en faisant respecter ses droits. 

Elles ont osé

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à se lancer dans l’entreprenariat. Bien souvent, elles ont expérimenté le salariat et se sont confrontées à des situations pas toujours confortables. Elles ont décidé de créer une activité à la mesure de leurs compétences et diplômes, avec la possibilité de moduler leurs horaires en fonction de leur vie de famille. Elles travaillent dans les secteurs des services d’aide et d’accompagnement à la personne, de conseils et d’enseignement. Il reste des places à prendre dans le domaine de la tech, encore majoritairement masculin. Elles rencontrent aussi quelques embûches comme des difficultés à obtenir des crédits ou à dégager des salaires satisfaisants. Leur audace aide le monde à changer de paradigme. Les femmes aussi peuvent travailler, gagner de l’argent, choisir pour elles-mêmes un quotidien qui leur convient. 

Les interlocuteurs 

La charge mentale est parfois lourde à porter. Dévalorisation, perte de confiance en soi, repères flous, troubles alimentaires, dépression, idées noires peuvent faire une apparition. Différents interlocuteurs sont là pour écouter, soulager, apporter des solutions, conseiller, accompagner, encourager. Les réseaux féminins émergent et ne doivent pas être négligés. 

  • Le Défenseur des Droits 
  • Les syndicats 
  • L’employeur 
  • Les ressources humaines 
  • Les collègues 
  • Les centres d’information pour les droits des femmes 
  • La police 
  • Les associations d’aide aux personnes victimes de violence et de harcèlement
  • Les cercles de parole 
  • Les associations d’aide à l’insertion et au travail 
  • Les réseautages professionnels 
  • Les psychologues 
  • Les coachs 
  • Les médecins 

Chassez le sexisme 

Et si les égalités entre hommes et femmes passaient par chacun(e) de nous ? Et si on plantait ensemble des graines pour un avenir plus égalitaire ? 

1. Donnons une place aux héroïnes.

Virtuelles ou réelles, il nous manque des figures féminines d’identification. Remplissons la littérature jeunesse, les manuels d’Histoire et les panneaux de noms de rue de femmes inspirantes. 

2. Trouvons d’autres idéaux. 

Non, nos filles n’ont pas à se contenter d’être belles. Encourageons-les à être drôles, intelligentes, aventurières, futées, artistes, agiles, audacieuses, écolos, sportives, talentueuses… 

3. Refusons l’inacceptable. 

Soyons intolérants avec ceux qui portent atteinte aux femmes, à leurs droits, à leur personne. 

4. Respectons les diversités. 

Les femmes sont plurielles. Leur corps ne résume pas leur personnalité et leurs potentiels.  

5. Faisons la paix.

Mars et Vénus enfin réunis, complémentaires, solidaires, égaux.
Handicap

Handi : cap ou pas cap ?

Un fauteuil roulant, une prothèse auditive ou une canne blanche ne reflètent ni une personnalité, ni des compétences…
Autisme

L’autisme, on en parle ?

En France, 700 000 personnes sont atteintes de trouble du spectre de l’autisme. Un enfant sur 100 développera des TSA, soit 8000/an.
Réussir son entretien annuel

Réussir son entretien annuel

Une corvée pour certains, un moment de stress pour d’autres… Et si l’entretien annuel était l’occasion de mettre en avant vos succès ? 5 conseils …

Vous êtes en reconversion professionnelle et souhaitez trouver le métier qui vous correspond ? Nous vous invitons à essayer la plateforme Chance qui vous propose un parcours 100% en ligne pour choisir la voie professionnelle qui vous ressemble vraiment, avec une séance offerte de 30 minutes pour faire le point.


Comment trouver sa voie?

Trouver sa voie

Vous êtes perdu(e) dans la route à prendre ? Vous ne savez pas quoi faire de votre vie ? Pas d’inquiétudes. Voici comment trouver sa voie !

Réussir sa vie

Réussir sa vie

“Réussir sa vie”. Voeu pieux pour certains, objectif de vie pour d’autres. Mais de quoi parle-t-on ? Existe-t-il un idéal vers lequel tendre ?





Auxiliaire de vie

Auxiliaire de vie

L’auxiliaire de vie scolaire et l’auxiliaire de vie sociale ont un point commun : aider son prochain.

Prothésiste ongulaire

Prothesiste ongulaire

Prothésiste ongulaire, un métier qui fait « des pieds et des mains » pour la beauté des ongles !

Puéricultrice

Puéricultrice

Infirmière de formation, la puéricultrice travaille auprès des enfants et de leurs parents. Elle encadre les auxiliaires de puériculture et les EJE.

Infirmier

Santé

L’infirmier apporte des soins au patient, l’écoute, le rassure. Elle fait souvent le lien entre le médecin et le patient.

Esthéticienne

Estheticienne

L’esthéticienne est aux petits soins avec ses clients qui viennent la voir pour une épilation, une manucure, un maquillage, mais aussi pour se détendre.

Sage-femme

Sage-femme

Qu’y a-t-il de plus beau que de donner la vie ? Pendant ce moment unique dans une vie, la sage-femme est présente.

Éducateur canin

Educateur canin

L’éducateur canin éduque ou rééduque les chiens qui présentent des troubles du comportement comme l’aboiement intempestif, l’agressivité ou encore des problèmes de propreté. 

Éducateur spécialisé

Educateur spécialisé

L’éducateur spécialisé peut travailler aussi bien auprès des enfants, des personnes handicapées ou encore des adultes en rupture professionnelle, familiale.

Secrétaire médicale

Secrétaire médicale

Être secrétaire médicale, c’est d’abord accueillir les patients, physiquement ou par téléphone.