Alternance : 7 conseils pour trouver LA bonne entreprise !

Vous êtes en reconversion professionnelle et souhaitez trouver le métier qui vous correspond ? Nous vous invitons à essayer la plateforme Chance qui vous propose un parcours 100% en ligne pour choisir la voie professionnelle qui vous ressemble vraiment, avec une séance offerte de 30 minutes pour faire le point.

Vous êtes encore en train d’étudier, et cherchez quelque chose de différent et plus formateur ? Cet article est fait pour vous. La rentrée approche et vous n’avez pas encore trouvé votre alternance ? Pas de panique à bord, le fun et l’information d’abord et…, cet article est toujours fait pour vous.

On a tous déjà entendu, en tant qu’étudiant ou employeur,  parler de l’alternance, parfois en détail, parfois en surface. Mais concrètement, qu’est-ce donc ? L’alternance, pour faire simple, est un type de formation distinct du schéma classique universitaire ou des études traditionnelles telles qu’on les connaît aujourd’hui en France. Ici, au lieu de ne se contenter que de la théorie, on y lie la pratique. Ainsi, l’apprenant se retrouve à alterner entre une entreprise – à un rythme donné – et son établissement de formation et a déjà un pied dans le monde du travail. N’est-ce pas merveilleux ? Si, et FicheMétier.fr compte bien vous expliquer pourquoi. 

Les différents types de contrats

En alternance, il existe deux types de contrats : le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation. Ces deux contrats permettent à l’étudiant/salarié de compléter sa formation théorique par de la pratique en entreprise. Cette combinaison entre monde entrepreneurial et étudiant croît les chances de l’apprenant de monter en compétences et lui donne ainsi l’opportunité de perfectionner son niveau nettement plus rapidement. 

Le contrat d’apprentissage

A qui s’adresse-t-il ? 

  • Les jeunes de 16 à 29 ans révolus (l’âge au dernier anniversaire, c’est-à-dire le nombre entier d’années vécues par la personne) peuvent signer un contrat d’apprentissage ;

Au-delà de 29 ans révolus, d’autres publics peuvent devenir apprentis, à savoir :

  • Les sportifs de haut niveau ;
  • Les personnes ayant un projet de création ou de reprise d’entreprise ;
  • Les travailleurs en situation de handicap ;
  • Celles et ceux préparant un diplôme ou titre supérieur à celui déjà obtenu. 

Le contrat de professionnalisation

A qui s’adresse-t-il ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 25 ans ;
  • Les demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus ;
  • Les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ;
  • Les bénéficiaires de l’allocation de parent isolé (API) dans les DOM et les collectivités de Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon ;
  • Les personnes ayant bénéficié d’un contrat aidé.

Quelle différence entre les deux ?

Certaines divergences demeurent logiquement entre ces deux types de contrats que sont le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation, tout d’abord dans l’éligibilité des bénéficiaires, comme nous venons de le voir, mais aussi dans les objectifs. En effet, la finalité du premier est l’obtention d’un titre professionnel ou d’un diplôme au terme d’une formation initiale ; quant au second, une qualification professionnelle est à la clé de la formation continue. 

Quelle rémunération ?

En contrat d’apprentissage

La rémunération d’un apprenti dépend de nombreux critères tels que son âge, son expérience (si c’est sa première, deuxième ou troisième année d’alternance), mais également dans certains cas des particularités de l’entreprise, si par exemple ladite entreprise valorise ses employés à grands coups de primes et d’avantages divers. 

Ainsi, selon le barème en vigueur en 2021, un apprenti de moins de 18 ans touchera 27% du SMIC lors de sa première année d’alternance (419,74€), 39% lors de sa deuxième année (606,26€) et 55% s’il s’agit de sa troisième année d’alternance (855,02€).  

Un apprenti ayant entre 18 et 20 ans, lui, aura une rémunération différente du fait de son âge plus élevé. Pour sa première année en alternance, cet apprenti percevra 43% du SMIC (668,47€), 51% (792,84€) pour sa deuxième année et 67% pour sa troisième année (1 041,57€). 

Si l’apprenti a entre 21 et 25 ans, il touchera 53% du SMIC la première année (823,93€), 948,29€ pour sa deuxième année, soit 61% du SMIC, et enfin 78% du SMIC pour sa troisième année, à savoir 1 212,57€. 

Dans le cas de figure où l’apprenti a 26 ans et plus, il percevra, dans tous les cas, une rémunération à hauteur de 100% du SMIC, soit 1 554,58€, ou le minimum conventionnel, s’il est plus élevé.  

En contrat de professionnalisation

Le salaire d’un alternant en contrat de professionnalisation varie aussi, tout comme celui de l’apprenti en fonction de l’âge et du niveau de départ, bien que quelques divergences soient à pointer du doigt. En effet, sa rémunération dépendra de son niveau d’étude. 

Par exemple, un alternant de moins de 21 ans avec un diplôme inférieur au Bac en poche percevra une rémunération à hauteur de 55% (855,02%) du SMIC, alors qu’un alternant du même âge ayant un diplôme supérieur ou égal au Bac, touchera 70% (1 088,21€) du SMIC. Un alternant ayant entre 21 et 25 ans touchera 65% (1 010,48€) dans le premier cas et 80% (1 243,66€) dans le second. Enfin, et comme pour les apprentis, un alternant en contrat de professionnalisation de 26 ans ou plus touchera 100% (1 554,58€) du SMIC, ou bien, et c’est aussi une des particularités de ce type de contrat, 85% du SMC (salaire minimum conventionnel). 

Les avantages de l’alternance

Les avantages à être en alternance sont nombreux, pour toutes les parties, aussi bien pour les alternants que les entreprises elles-mêmes. Pour un alternant, les avantages sont sensiblement les mêmes en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. 

Pour un étudiant, être en alternance, c’est pouvoir concevoir un projet professionnel donné et spécifique, en ayant au moins un pied dans le monde entrepreneurial ; c’est aussi comprendre parfaitement ce qui est attendu, prohibé et exigé, et les ficelles d’un métier auquel il se forme en parallèle dans son établissement de formation. Ceci étant, les avantages à être un alternant, ce sont aussi : 

  • La probabilité d’obtenir un diplôme ou une qualification parmi un large choix de métiers ;
  • La chance de bénéficier de la gratuité des frais de formation ;
  • La mise en pratique des enseignements théoriques ;
  • La certitude d’être rémunéré, pendant sa formation en tant que salarié ;
  • Un accès plus facile à l’emploi, rendu possible grâce à l’expérience professionnelle acquise en entreprise.

Pour une entreprise, compter un alternant parmi ses membres a de nombreux avantages, comme celui de pouvoir former un salarié potentiel à un métier, à moindre coût, en le lui apprenant, en l’intégrant à la vie de la boîte, mais aussi en lui transmettant la philosophie de cette dernière. Recruter un alternant pour elle, revient également à avoir le droit de choisir parmi de nombreux potentiels, dans des écoles, dans des bases de données, et trouver facilement chaussure à son pied. Force est de rappeler que l’un des gros avantages d’une entreprise à recruter un alternant est aussi et surtout financier. En effet, l’Etat propose de nombreuses aides pour les entreprises comptant des apprentis ou des alternants en contrat de professionnalisation, pour couvrir les frais de formation et/ou leurs salaires. 

7 conseils pour réussir (à trouver) son alternance

Tout d’abord, sortons notre calepin et quelques chiffres essentiels sur l’alternance en France. En 2020, ce sont environ 455 000 offres d’alternance qui ressortent du marché, dont ⅓ se situe en Ile-de-France, soit une évolution de 14% par rapport à l’année précédente. Au sortir d’un contrat d’apprentissage, 76% des alternants trouvent un emploi et acquièrent ainsi la stabilité professionnelle recherchée par tout étudiant. « Mais Alex, c’est quoi le premier conseil ? ». J’y viens, justement !

  1. Peaufiner son CV et ses lettres de motivation

Il est important de commencer par le début, car vous ne pourrez postuler efficacement (ou du tout, d’ailleurs) sans un CV et une lettre de motivation. Rédigez-en quelques-unes qui soient accrocheuses, adaptées et soignées. En ce qui concerne le CV, il suffit, tout comme pour la lettre de motivation, qu’il soit adapté, pas trop lourd, épuré, en choisissant bien de mettre en avant les expériences les plus cohérentes avec le poste visé. 

  1. Ne pas s’y prendre au dernier moment…

Cela semble évident, mais beaucoup d’étudiants en recherche d’une entreprise patientent, encore et encore, sans vraiment se lancer, ne voient pas le temps passer et se retrouvent malheureusement devant le fait accompli, sans la moindre alternance en poche… Alors, ne vous y prenez pas à la dernière minute, les entreprises recrutent déjà ! 

  1. Bien se renseigner sur ses candidatures

La différence entre un candidat qui a effectué ses recherches sur l’entreprise et un autre n’ayant pas pris la peine de le faire (ou pas assez) est remarquable. Quand le candidat s’est réellement renseigné sur l’entreprise d’accueil, le recruteur ne peut que le voir… et s’en réjouir. Faites de vraies recherches, et voyez le résultat ! 

  1. Bien choisir son établissement d’accueil

Bien trop nombreux sont ceux à faire l’erreur de ne pas peser le pour et le contre suffisamment. La clé d’un choix judicieux, la clé d’une alternance réussie en d’autres termes, c’est le choix final de votre entreprise. Assurez-vous qu’elle soit en accord avec vos valeurs, vos principes et que les missions vous intéressent réellement. Rien ne sert de se jeter à corps perdu en précipitant son choix. 

  1. Personnaliser ses candidatures

Le titre est assez parlant ; n’hésitez pas à personnaliser vos candidatures ! Les recruteurs adorent cela. Qu’est-ce que cela veut dire ? Simplement, ne pas envoyer de CV banal, peut-être l’adapter aux couleurs de l’entreprise, en n’y mettant que les expériences engrangées et compétences acquises en lien direct avec le poste à pourvoir. Pour la lettre de motivation, vous pouvez faire la même chose, en vous adressant directement à la personne chargée du recrutement, et en adaptant, tout comme pour le CV, votre écrit à l’entreprise et aux missions à venir. 

  1. Professionnalisme avant tout !

S’il y a une chose que les recruteurs ont en aversion, ce sont bien les débutants, qui ne savent pas où ils mettent les pieds. L’objectif, et ce même si vous ne l’êtes pas (encore), est d’avoir l’air d’un vrai professionnel qui sait exactement ce qu’il fait, où il va, qui apporte des idées et tient à laisser sa trace dans l’entreprise. Un recruteur privilégiera un candidat sur qui il pourra compter plutôt qu’un candidat qu’il devra assister sur la moindre tâche. Vous êtes des pros, ou pas, mais l’essentiel est que vous y croyiez ! 

  1. Ne pas craindre l’aide extérieure

Si c’est votre première fois, l’exercice de recherche d’alternance sera compliqué… Si c’est votre deuxième fois, l’exercice de recherche d’alternance sera compliqué… Et ainsi de suite. L’idée est de ne pas se renfermer sur soi-même. Les refus à répétition peuvent avoir un impact sur votre moral et votre motivation, mais n’ayez crainte, car vous savez que vous pouvez décompresser et demander une assistance extérieure. Qu’il s’agisse d’un proche, d’une structure, ou de votre école, sachez que qu’ensemble, on va plus loin. Avoir différents points de vue permet d’avoir plus de perspective, plus d’idées, et de relativiser. On ne se lamente pas, on ne lâche pas, on insiste, et la persévérance portera ses fruits, soyez-en sûrs. 

Mon conseil

Si je peux, en tant qu’étudiant, me permettre quelques conseils, qui m’ont permis de trouver mon alternance et d’y avoir trouvé un foyer, alors je le fais. Sachez, déjà, mettre en application les conseils susdits, car ils sont précieux et vous aideront, sinon à trouver rapidement votre entreprise, au moins à progresser. Ensuite, investissez-vous réellement dans votre projet en entreprise et dans vos études en parallèle, vous verrez que les retombées ne seront que positives. Nous sommes trop à ne pas nous épanouir par manque d’investissement ou de motivation. 

La période de recrutement est délicate, trouver une alternance la première, deuxième, troisième fois ou plus, n’a rien de simple, c’est un travail compliqué, de longue haleine, et éprouvant psychologiquement ; c’est pourquoi je vous recommande de renforcer votre mental avant tout. Quand vous désespérez, que vous n’y croyez plus, parlez-vous à vous-même, raisonnez-vous, il n’y aura que comme cela que vous dompterez la peur de l’échec et la surpasserez. Enfin, et ce sera mon conseil le plus précieux, croyez en vous. Croyez en vous. On ne le dit pas assez. Ne doutez pas de vos capacités, de votre valeur, ni de votre potentiel. Si un jour on vous a dit ou laissé entendre que vous n’étiez pas suffisant, n’y croyez pas et ne laissez personne, pas même Elon Musk, vous laisser songer qu’une telle ineptie puisse être vraie. Tout est possible, à qui se donne les moyens. Alors, foncez !

Intérim infirmier : quels avantages ?

Intérim infirmier : quels avantages ?

Que vous sortez de l’école ou que vous avez des années d’expérience, voici les différents avantages de l’intérim infirmier. Vous allez aimer l’intérim !
Exemples de CV

4 exemples de CV qui font mouche !

Du débutant au senior, en passant par le créatif, découvrez comment construire un CV qui tapera dans l’oeil de n’importe quel recruteur.

Vous êtes en reconversion professionnelle et souhaitez trouver le métier qui vous correspond ? Nous vous invitons à essayer la plateforme Chance qui vous propose un parcours 100% en ligne pour choisir la voie professionnelle qui vous ressemble vraiment, avec une séance offerte de 30 minutes pour faire le point.


Comment trouver sa voie?

Trouver sa voie

Vous êtes perdu(e) dans la route à prendre ? Vous ne savez pas quoi faire de votre vie ? Pas d’inquiétudes. Voici comment trouver sa voie !

Réussir sa vie

Réussir sa vie

“Réussir sa vie”. Voeu pieux pour certains, objectif de vie pour d’autres. Mais de quoi parle-t-on ? Existe-t-il un idéal vers lequel tendre ?





Éducateur spécialisé

Educateur spécialisé

L’éducateur spécialisé peut travailler aussi bien auprès des enfants, des personnes handicapées ou encore des adultes en rupture professionnelle, familiale.

Atsem

Atsem

L’ATSEM travaille dans les écoles maternelles et seconde l’instituteur dans ses fonctions en préparant les ateliers et en donnant le goûter aux enfants. Mais pas seulement…

Éducateur canin

Educateur canin

L’éducateur canin éduque ou rééduque les chiens qui présentent des troubles du comportement comme l’aboiement intempestif, l’agressivité ou encore des problèmes de propreté. 

Sage-femme

Sage-femme

Qu’y a-t-il de plus beau que de donner la vie ? Pendant ce moment unique dans une vie, la sage-femme est présente.

Puéricultrice

Puéricultrice

Infirmière de formation, la puéricultrice travaille auprès des enfants et de leurs parents. Elle encadre les auxiliaires de puériculture et les EJE.

Serrurier

Serrurier

Il est spécialisé dans le travail des métaux qu’il façonne et travaille dans tout type de construction métallique : de la menuiserie à la charpente…

Esthéticienne

Estheticienne

L’esthéticienne est aux petits soins avec ses clients qui viennent la voir pour une épilation, une manucure, un maquillage, mais aussi pour se détendre.

Assistante sociale

Assistante sociale

L’assistant de service social accompagne et oriente des enfants, adultes, familles, ou groupes, en difficultés.

Paysagiste

Paysagiste

Le paysagiste pense les espaces verts et les met en scène en plantant des arbres, des arbustes, des fleurs, des bassins et des pierres.