Le titulaire du Diplôme d’État de docteur en chirurgie dentaire veille à la santé de la cavité buccale et à l’esthétique du sourire. Qualifié, le chirurgien-dentiste traite toutes les infections liées à la bouche. Son métier consiste à corriger les problèmes au niveau des dents, des maxillaires et des gencives. L’intervention de ce spécialiste va du détartrage à l’ajustement des mâchoires, en passant par la reconstitution d’une dent et la pose de prothèse. 

Les débouchés

Un chirurgien dentiste diplômé d’État exerce, pour la majorité des cas, dans des cabinets privés. Outre la profession libérale, il peut également trouver sa place au sein d’un établissement hospitalier public, un centre de soin spécialisé et un laboratoire des produits dentaires.

Le diplômé peut également se spécialiser en orthodontie, en chirurgie orale et en médecine bucco-dentaire en préparant le Diplôme d’Études spécialisées (DES). La formation est accessible par voie de concours et dure 3 ans.

Les épreuves

Pour obtenir le diplôme de formation générale en sciences odontologiques, l’étudiant doit valider de nombreuses qualifications. Avant tout, l’étudiant doit d’abord passer le concours de PACES (cette première année commune des études de santé donne aux étudiants un temps de réflexion pour choisir le concours qu’ils prépareront).

  • Pendant les 6 semestres du premier cycle, il est impératif de réunir les 180 crédits européens et obtenir le Diplôme de Formation Générale en Sciences Odontologiques (DFGSO).
  • Au deuxième cycle, l’étudiant doit valider le diplôme de Formation Approfondie en Sciences Odontologiques (DFASO). À la dernière année de cette section, le Certificat de Synthèse Clinique et Thérapeutique (CSCT) et l’Attestation de Formation aux Gestes et Soins d’Urgences (AFGSU) sont requis pour pouvoir passer à l’étape suivante.
  • Après avoir passé les cursus précédents et soutenu avec succès sa thèse du troisième cycle, l’étudiant peut décrocher son Diplôme d’État de docteur en chirurgie dentaire.
  • Pour les étudiants souhaitant intégrer le cycle long, il est indispensable de passer le concours d’internat, composé de grandes et petites questions, de LCA et de cahier d’épreuve.

Exemple de sujet au concours d’internat

Un patient de 58 ans, sans grande préoccupation esthétique (découvrant peu lors du sourire) se présente à votre consultation, demandeur d’une réhabilitation prothétique au maxillaire. Ce patient, gros fumeur 30 PA (Paquets année), ne souhaite pas diminuer sa consommation. Négligent, il a une hygiène bucco-dentaire médiocre.

L’examen clinique révèle un édentement maxillaire partiel avec présence de 17, 12, 11, 21, 22, 25, 26 saines.

La 17 présente une légère mésio-vestibulo-version. Le patient est porteur d’une prothèse transitoire depuis 1 an (Date des dernières avulsions maxillaires).

L’arcade mandibulaire est porteuse d’une PAP métallique correcte réhabilitant les secteurs prémolo-molaires (47-46-45-44. 34-35-36-37). Le plan d’occlusion et la dimension verticale d’occlusion sont satisfaisants.

Les bords libres des deux incisives centrales mandibulaires sont en contact avec le cingulum des incisives centrales maxillaires.

  • Quelles sont les classes d’édentement de Kennedy maxillaire et mandibulaire ?
  • Quelles sont les propositions thérapeutiques envisageables au maxillaire ?
  • Vous décidez de réaliser une PAP à châssis métallique. Réalisez le tracé du châssis avec rédaction de la fiche de laboratoire (légendes).

Les écoles de formation

Pour réussir le Diplôme d’Etat de docteur en chirurgie dentaire, il convient de bien le préparer. La Faculté de chirurgie dentaire–odontologie de l’Université Rennes 1, la Faculté de médecine de l’Université de Limoges et la Faculté d’odontologie de l’Université d’Aix-Marseille proposent des formations qualifiantes.

Programme de la formation

Le Diplôme d’État de docteur en chirurgie dentaire exige une durée de formation de 6 (pour le cycle court) à 9 ans (pour le cycle long) dans les Unités de Formation et de Recherche. Le cursus est divisé en trois cycles et chaque année d’étude comporte deux semestres. L’étudiant doit passer les cours de la première année commune aux études de santé (PACES) pour pouvoir participer au concours. Après obtention de ce dernier, la formation continue avec les différents modules et apprentissages en milieu professionnel.

Le long de son cursus, l’étudiant approfondira sa connaissance sur :

  • La psychologie du praticien
  • Les sciences humaines et sociales
  • L’informatique
  • Les langues vivantes
  • Le diagnostic thérapeutique
  • La coordination de soins adaptés
  • L’immunologie
  • L’anatomo-pathologie
  • L’oncologie cellulaire
  • L’oncologie tumorale
  • La biophysique
  • La radioprotection
  • Les biomatériaux
  • Les techniques cliniques
  • La douleur : caractéristiques et prévention
  • La sédation
  • La chirurgie orale
  • La médecine orale
  • L’implantologie
  • La parodontologie
  • L’odontologie pédiatrique
  • L’orthopédie dento-faciale
  • L’occlusodontologie
  • L’odontologie conservatrice-endodontie de l’adulte et du sujet âgé
  • L’odontologie prothétique
  • Les techniques de laboratoire
  • Les soins d’urgence
  • Les méthodologies de la recherche
  • L’oxyologie
  • Les techniques de premier secours
  • L’épidémiologie
  • La prévention en médecine bucco-dentaire
  • La gestion des risques, qualité et sécurité des soins
  • La santé publique
  • L’économie de la santé
  • L’environnement juridique
  • La déontologie
  • L’ergonomie
  • L’organisation du cabinet dentaire et
  • L’odontologie médico-légale.

À partir du deuxième semestre, l’étudiant effectue des stages cliniques en vue d’acquérir des compétences pratiques.