Et si vous vous formiez à distance ? Plus de 100 formations proposées par notre partenaire. Plus d'informations et documentation gratuite en bas de cette page.

L’acheteur(euse) est un(e) professionnel(le) de la négociation quelque soit le secteur dans lequel il(elle) exerce. Sa fonction clé ne constitue en rien une tâche évidente et simple. Il(elle) doit trouver les bons produits auprès des bons fournisseurs pour obtenir le meilleur rapport qualité / prix et une qualité de services irréprochable. Sa mission : réduire le plus possible les coûts en négociant sur des quantités pour dégager des marges satisfaisantes.

Découvrez le métier d’acheteur(euse) grâce aux témoignages  d’Annabelle, Andrew et Rémy et apprenez-en plus sur les différents emplois d’acheteurs (acheteur international, acheteur industriel…) ainsi que sur les formations à suivre et le salaire de l’acheteur(euse). 

En quoi consiste le métier d’acheteur(euse) ?

Annabelle : Je travaille en tant qu’acheteuse en centrale d’achats pour un réseau de magasins de grande distribution. Je m’occupe des achats sur une typologie précise de produits pour l’ensemble des enseignes. J’interviens donc sur le choix des produits à référencer puis dans les négociations avec les fournisseurs et grossistes pour obtenir les conditions d’achats les plus avantageuses.

Andrew : C’est un métier de gestion qui se cache sous la dénomination d’acheteur. N’allez pas croire que notre métier consiste à acheter des produits comme on irait faire nos courses. C’est une fonction stratégique qui assure l’approvisionnement en matières premières aux meilleurs conditions afin d’assurer la rentabilité de mon entreprise lors de la commercialisation des produits finis.

Rémy : Nos missions consistent à acheter des produits dont l’entreprise a besoin en sélectionnant et en négociant avec les fournisseurs répondant à nos exigences aussi bien au niveau des marges que de la qualité. Dans le contexte d’achats internationaux, il est indispensable de connaitre les spécificités du transport international avec les réglementations douanières et les problématiques d’assurances que l’on appelle communément Incoterms.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Annabelle : C’est un métier fait pour les stratèges. La négociation prend une place importante dans notre quotidien. Ce qui me plait, c’est de négocier et discuter avec les fournisseurs pour arriver à mes fins et obtenir les meilleurs conditions et avantages.

Andrew : C’est un travail qui vous fait rencontrer beaucoup de monde. Il est important de discuter avec les différents services de l’entreprise pour cerner les besoins et savoir quoi acheter. On est également amené à se déplacer à l’étranger pour voir des fournisseurs et participer à des présentations ou salons ce qui est particulièrement intéressant.

Rémy : Ce que je préfère, c’est clairement cette fonction de négociation qui intervient à toutes les étapes du processus d’achat. Il faut négocier sur tous les aspects d’une transaction : du produit lui-même aux services associés, en passant par le transport et l’assurance.

Qu’est-ce que vous aimez le moins dans votre métier ?

Annabelle : Il n’est pas toujours évident de porter sur ses épaules la responsabilité de gros contrats qui engage financièrement toute l’entreprise.

Andrew : C’est un métier très stressant même avec de l’expérience. Il faut bien savoir gérer son stress pour le transformer en moteur mais cela n’est pas toujours aussi facile à dire qu’à faire.

Rémy : Les horaires, surtout en début d’année avec la négociation de contrats annuels, sont parfois extrêmement lourds. Il faut alors tenir malgré la fatigue physique et psychologique.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Annabelle : Il faut véritablement faire preuve d’intuition et de rigueur. Il faut sans cesse s’informer et savoir anticiper les évolutions des marchés pour proposer les bons produits.

Andrew : Une bonne résistance au stress en premier lieu. Il faudra aussi faire preuve d’un réel esprit d’initiatives et d’une personnalité affirmée pour mener à bien les missions de l’acheteur.

Rémy : Un excellent sens du relationnel avec des aptitudes pour convaincre et persuader les interlocuteurs et donc réussir les négociations.

Quelle est la formation pour devenir acheteur(euse) ?

L’accès au métier d’acheteur(euse) se fait avec un Bac +2 minimum grâce aux formations suivantes :

  • BTS Management des Unités Commerciales (MUC).
  • BTS Technico-commercial (TC).
  • BTS Négociation et Relation Client (NRC).
  • BTS Commerce International (CI).
  • DUT Techniques de Commercialisation (TC).

Cependant, il est important de noter que les profils Bac+3 et surtout Bac+5 sont de plus en plus recherchés pour ces postes.

Y a-t-il un concours pour exercer ce métier ?

Non.

Existe-t-il des écoles spécialisées dans ce domaine ?

Non.

Quel est le salaire d’un acheteur(euse) ?

L’acheteur(euse) débutant(e) gagnera entre 1800 € et 2500 € brut mensuel en fonction de l’établissement et du secteur d’activités.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

Annabelle : C’est un métier qui demande une certaine expérience ce qui explique qu’il y ait peu de débutants. Sachez que l’industrie est un secteur qui recrute beaucoup d’acheteurs.

Andrew : Multipliez vos expériences dans la négociation commerciale et dans des fonctions rattachées au métier d’acheteur : stage d’acheteur assistant par exemple.

Rémy : Travaillez sur vos qualités de négociateur pour développer vos capacités d’analyse, de résistance au stress et d’argumentation.

Et si vous vous formiez à distance ?

Plus de 100 formations proposées par notre partenaire Skill and You. Remplissez le formulaire, un conseiller vous informera sur le programme détaillé et les tarifs.
PARTAGER