Vous avez la passion des avions depuis votre plus tendre enfance ? Devenez aérodynamicien.

Vous pourrez ainsi concevoir des avions et tout autre engin volant, tout en obéissant à deux objectifs : la performance économique et la protection de l’environnement.

Aurélien, Claire et Rachid nous dévoilent les coulisses de leur profession.

En quoi consiste le métier d’aérodynamicien ?

Aurélien : Mon travail d’aérodynamicien consiste à chercher et à trouver des solutions techniques pour améliorer la pénétration dans l’air d’avions civils et militaires.

Claire : En tant qu’aérodynamicienne, je suis chargée de l’optimisation d’engins volants, afin de faire des économies et protéger l’environnement : baisser la consommation d’énergie, faire en sorte que les appareils fassent moins de bruit et dégagent moins de chaleur.

Rachid : Je base mes travaux essentiellement sur la mécanique des fluides et la gestion de projets innovants, afin de concevoir des engins de transports plus aérodynamiques.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Aurélien : Ce que j’adore dans mon métier d’aérodynamicien, c’est la possibilité d’allier connaissances scientifiques, compétences techniques et créativité. Je me régale au quotidien. Ainsi, je débute généralement par la conception 3d du projet, puis je passe à la phase de maillage surfacique et volumique. Ensuite, je me livre à des simulations numériques. Enfin, j’entame la phase expérimentale, qui consiste à faire construire un prototype du produit et à pratiquer des tests et des essais.

Claire : Ce qui me plaît le plus c’est de pouvoir travailler pour des avionneurs, ce sont généralement de grands groupes de prestige : EADS avec Airbus, Astrium, Eurocopter, Dassault, Snecma etc.

Rachid : J’aime beaucoup le travail collectif qu’implique notre fonction. Nous sommes en relation au quotidien avec de nombreux services : la production, le commercial, la direction générale, les clients, les fournisseurs etc.

Qu’est-ce que vous aimez le moins dans votre métier ?

Aurélien : Il n’est pas toujours facile de concilier tous les impératifs : économiques et budgétaires, protection de l’environnement, responsabilité sociétale, innovation technique, délais à ne pas dépasser, etc.

Claire : Je parle anglais toute la journée, ce n’est pas que ça me dérange, bien au contraire, mais cela implique souvent de savoir s’adapter à des collègues qui ont une culture différente de la vôtre. De temps en temps, ça peut se révéler compliqué dans certaines situations.

Rachid : Ce qui me plaît le moins ce sont tous les déplacements qui figurent à mon agenda. C’est un métier qui n’a toujours simple à concilier avec un quotidien familial.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Aurélien : Pour être un bon aérodynamicien, il faut au final savoir se montrer un bon négociateur et un fin diplomate avec vos interlocuteurs. En effet, les enjeux sont énormes pour les entreprises.

Claire : Il faut être curieux, rigoureux et aussi créatif et à l’affût des innovations technologiques.

Rachid : Vous l’avez compris, il faut être mobile, mais aussi être en capacité d’absorber une énorme masse de travail et de bien gérer son stress.

Quelle est la formation pour devenir d’aérodynamicien (ne) ?

Pour devenir aérodynamicien, il faut généralement posséder un diplôme d’ingénieur spécialisé en aéronautique, techniques de l’espace, mécanique des fluides etc.

Y a-t-il un concours d’aérodynamicien ?

Il existe des concours pour intégrer les écoles d’ingénieurs préparant aux diplômes recherchés par les employeurs.

Existe-t-il des écoles d’aérodynamicien ?

Les écoles d’ingénieurs sont nombreuses : ENAC (école nationale de l’aviation civile), ISAE (institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace), l’Isae-Ensma (école nationale supérieure de mécanique et d’aérotechnique), l’Ipsa (institut polytechnique des sciences avancées), Estaca (école supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile).

Par ailleurs, on trouve également des masters en techniques de l’espace, aérodynamique et mécanique des fluides, combustion thermique, acoustique etc.

Quel est le salaire d’aérodynamicien ?

Un ingénieur aérodynamicien commence sa carrière à 32/35 KE.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

Aurélien : Une fois diplômé, je vous engage vivement à transmettre votre candidature à tous les employeurs, qu’ils soient avionneurs-constructeurs, équipementiers, société d’ingénierie et de prestation industrielle ou centre de recherches.

Claire : Pour réussir à ce poste, vous devez absolument maîtriser les logiciels de conception et de dessin assistés par ordinateur.

Rachid : Le conseil que je peux donner c’est de toujours allier la rigueur à la créativité et ce, en toutes circonstances.