Animateur socioculturel

Vous souhaitez trouver le métier qui vous correspond ? Nous vous invitons à essayer la plateforme Chance qui vous propose un parcours 100% en ligne pour choisir le travail qui vous rendra heureux(se) avec un essai gratuit.

L’animateur socioculturel intervient aussi bien auprès de groupes de juniors que de séniors et dans des établissements diversifiés (centres de loisirs, maisons de retraite, centres culturels…).

L’animation socioculturelle consiste en un encadrement dynamique du temps libre via des activités collectives. Il travaille aussi bien sur des animations culturelles (visites de musées et d’expositions) que sur des animations sociales (activités sportives, ateliers ludiques, accompagnement scolaire) en fonction de son public.

Pierre, Mathilde et Laurent nous font part de leurs expériences, de la formation d’animateur(trice) qu’ils ont suivis et de toutes les ficelles du métier (études, salaires…). 

En quoi consiste le métier d’animateur socioculturel ?

Paul : Ce n’est pas seulement un métier d’animateur. J’ai un double objectif d’animation et d’éducation vis-à-vis des jeunes que j’encadre. Mon but est d’organiser des activités pour les divertir mais aussi de favoriser leur socialisation en leur transmettant les valeurs de notre société afin qu’ils suivent le bon chemin et mènent à bien leurs propres projets.

Mathilde : Je travaille depuis 2 ans avec des personnes âgées en maison de retraite à qui je propose des activités variées – jeux de société, chants, dessins… C’est très important car ça stimule leur mémoire et leur capacité d’attention tout en leur faisant passer un bon moment. C’est un rendez-vous qu’ils attendent chaque semaine.

Laurent : Tout dépend du cadre dans lequel on évolue mais au sens strict du terme, on est là pour organiser des activités diverses et pour encadrer les participants. On adapte le contenu au public avec lequel on travaille bien évidemment. Avec les jeunes enfants par exemple, j’organise des ateliers théâtre le mercredi pour qu’ils puissent exprimer leur créativité. Avec les adolescents, j’organise des rencontrent de sports collectifs qui sont très formatrices dans la vie de tous les jours ; ils se dépensent et apprennent à respecter des règles, leurs adversaires…

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Paul : Voir que notre travail porte ses fruits au-delà des animations. Nos messages et nos valeurs aident les jeunes à grandir.

Mathilde : C’est avant tout un métier de partage et d’échange. Les après-midi en maisons de retraite sont des vrais moments de convivialité. Les résidents se sont liés à moi – ils me connaissent tous et m’appellent par mon prénom.

Laurent : La bonne humeur et la diversité de nos missions. Il n’y a pas de place pour l’ennui dans cette profession. Les lieux dans lesquels on exerce changent tout comme le public à qui on s’adresse donc il faut renouveler nos idées sans cesse.

Qu’est-ce que vous aimez le moins dans votre métier ?

Paul : Les situations un peu trop conflictuelles ou qui dégénèrent. Malheureusement, il arrive qu’on ne parvienne pas toujours à faire entendre raison. C’est une déception et une vraie remise en question de nos méthodes.

Mathilde : De par mes missions en maisons de retraire, le plus dur c’est la perte d’un résident. C’est toujours tragique et il est difficile de s’en remettre.

Laurent : Les conditions de travail sont parfois inadaptées voire précaires. Cela pose un vrai problème pour pouvoir bien faire son travail.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Paul : Il faut être dynamique et faire preuve d’un bon sens des responsabilités pour encadrer dans de bonnes conditions les personnes dont on s’occupe.

Mathilde : De la créativité et de la sensibilité seront des atouts dans cette profession. L’écoute est aussi un point à ne pas négliger.

Laurent : De manière générale, il faudra montrer des qualités humaines quelles qu’elles soient. Une bonne pédagogie et du tact seront par exemple des qualités appréciées dans la profession.

Quelle est la formation pour devenir animateur  socioculturel ?

C’est un métier accessible à différents niveaux de diplôme :

  • Niveau BEP :
    • Brevet d’Aptitude Professionnelle d’Assistant Animateur Technicien (BAPAAT). Il constitue le premier niveau de qualification pour devenir animateur(trice).
  • Niveau BAC :
    • Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport (BPJEPS) prépare au métier d’animateur(trice) dans une spécialité.
  • Niveau BAC +2 :
    • DUT Carrières sociales option Animation Socioculturelle (AS) ou Gestion Urbaine (GU).
    • DEUST animation et gestion des activités sportives et culturelles.
    • Diplôme d’Etat de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport  spécialité animation socio-éducative ou culturelle (DE JEPS).
  • Niveau BAC +3 à BAC +5 :
    • Licences Pro et Master Pro spécialisés.

Y a-t-il un concours d’animateur socioculturel ?

Pour exercer ce métier à l’hôpital ou dans le service public, la réussite aux épreuves d’un concours peut être nécessaire.

Existe-t-il des écoles spécialisées dans ce domaine ?

Il n’y a pas d’écoles spécialisées.

Quel est le salaire d’un animateur socioculturel ?

Un animateur socioculturel débutant touchera le SMIC.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

Paul : J’ai découvert ce métier car c’était un prolongement possible du BAFA que j’avais obtenu quelques années auparavant. C’est une bonne première expérience pour se tester sur cette branche des métiers de l’animation.

Mathilde : C’est un beau métier riche  en expériences et en rencontres. Je n’en changerais pour rien au monde.

Laurent : Choisissez bien votre formation en fonction du cadre dans lequel vous voulez exercer et du public avec lequel vous vous sentez le plus d’affinités. Certaines formations faciliteront votre insertion dans une structure choisie.

A la recherche du métier qui "matche" parfaitement à votre profil et vos ambitions ? Essayez gratuitement la plateforme Chance qui vous propose un parcours 100% en ligne pour choisir le travail qui vous rendra heureux(se).


Réussir sa vie

Réussir sa vie

“Réussir sa vie”. Voeu pieux pour certains, objectif de vie pour d’autres. Mais de quoi parle-t-on ? Existe-t-il un idéal vers lequel tendre ?

Comment trouver sa voie?

Trouver sa voie

Vous êtes perdu(e) dans la route à prendre ? Vous ne savez pas quoi faire de votre vie ? Pas d’inquiétudes. Voici comment trouver sa voie !





Auxiliaire de vie

Auxiliaire de vie

L’auxiliaire de vie scolaire et l’auxiliaire de vie sociale ont un point commun : aider son prochain.

Esthéticienne

Estheticienne

L’esthéticienne est aux petits soins avec ses clients qui viennent la voir pour une épilation, une manucure, un maquillage, mais aussi pour se détendre.

Prothésiste ongulaire

Prothesiste ongulaire

Prothésiste ongulaire, un métier qui fait « des pieds et des mains » pour la beauté des ongles !

Paysagiste

Paysagiste

Le paysagiste pense les espaces verts et les met en scène en plantant des arbres, des arbustes, des fleurs, des bassins et des pierres.

Accompagnant éducatif et social (AES)

Accompagnement éducatif et social (AES)

L’accompagnant éducatif et social (AES) aide au quotidien des enfants, des adultes ou des personnes âgées vulnérables ou en situation de handicap.

Éducateur canin

Educateur canin

L’éducateur canin éduque ou rééduque les chiens qui présentent des troubles du comportement comme l’aboiement intempestif, l’agressivité ou encore des problèmes de propreté. 

Atsem

Atsem

L’ATSEM travaille dans les écoles maternelles et seconde l’instituteur dans ses fonctions en préparant les ateliers et en donnant le goûter aux enfants. Mais pas seulement…

Auxiliaire de puériculture

Auxiliaire de puériculture

L’auxiliaire de puériculture prodigue les soins de base nécessaires comme la toilette, soigner les petits bobos, donner les médicaments, et nourrir le nouveau-né ou l’enfant.

Puéricultrice

Puéricultrice

Infirmière de formation, la puéricultrice travaille auprès des enfants et de leurs parents. Elle encadre les auxiliaires de puériculture et les EJE.