PLUS DE 100 FORMATIONS, LAQUELLE CHOISIREZ-VOUS ?
1. Je choisis la formation qui m'intéresse
2. Ma demande est envoyée à une des meilleures écoles dans le domaine
3. Un conseiller m’appelle sous 48h pour parler de mon projet

L’approvisionneur est chargé de fournir les chaînes de production d’une entreprise en matières premières et outillages. Pour cela, il gère au quotidien les flux et les stocks de produits.

Juliette, Hugo et Aziz exercent le métier d’approvisionneur au sein d’entreprises différentes. Ils nous parlent de leur quotidien.

En quoi consiste le métier d’approvisionneur ?

Juliette : En tant qu’approvisionneur dans une société aéronautique, je suis chargée de veiller à la bonne alimentation des chaînes de production en matières premières et biens intermédiaires. Pour cela, j’utilise un logiciel spécifique qui me permet de suivre les stocks et de passer les commandes. Je suis un relais entre l’équipe de production et les fournisseurs.

Hugo : Je travaille au sein d’un entrepôt logistique. Je gère les flux et les stocks de marchandises en tenant compte des prévisions de vente.

Aziz : J’effectue de nombreuses tâches : la gestion des besoins en matières premières, le suivi et la mise à jour de la base de données, le contrôle des flux et l’optimisation des stocks, le respect du plan d’approvisionnement, la préparation des commandes, les inventaires, le contrôle qualité et l’application des délais de livraison.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Juliette : Les cadences sont serrées et le rythme des journées est dynamique, mais c’est cela qui me plaît. Je suis au cœur de l’action, s’il manque quelque chose, les machines ne tournent plus et les ouvriers ne peuvent pas travailler. Notre responsabilité est énorme.

Hugo : J’aime mon travail car je le trouve polyvalent : gestion de stock, relations clients internes, relations fournisseurs, traitement administratif etc.

Aziz : J’apprécie énormément de travailler en équipe. je gère les relations avec les équipes internes, les fournisseurs et l’équipe de direction à laquelle je dois rendre des comptes.

Qu’est-ce que vous aimez le moins dans votre métier ?

Juliette : Personnellement, je possède des horaires en 3 X 8. Pas toujours facile d’assurer le créneau nuit.

Hugo : Il existe un très grand stress dans ce métier, du notamment aux cadences de livraison assez élevés. Les chaînes de production ne peuvent se permettre d’être en arrêt.

Aziz : Je suis tout le temps en train de courir. C’est une bonne et une mauvaise chose à la fois. Parfois j’aimerais avoir plus de temps pour prendre du recul et analyser les choses.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Juliette : Il faut être rapide et avoir une bonne mémoire pour enregistrer de nombreuses informations.

Hugo : Il faut se montrer rigoureux et réactif.

Aziz : Il faut être fiable et être capable d’anticiper un minimum les événements.

Quelle est la formation pour devenir approvisionneur ?

Il existe de nombreuses formations en logistique, achats ou approvisionnements, qui vont du baccalauréat professionnel au BAC + 5.

Un BTS ou une licence professionnelle est généralement requis.

Y a-t-il un concours d’approvisionneur ?

Absolument pas.

Existe-t-il des écoles d’approvisionneur ?

Non.

Quel est le salaire d’un approvisionneur ?

Le salaire d’un approvisionneur oscille entre 22 et 25 KE annule en début de carrière.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

Juliette : Je vous conseille de passer par l’intérim pour trouver plus rapidement du travail et surtout vous façonner une solide expérience.

Hugo : Je n’ai pas de conseils particuliers à donner aux lecteurs de votre site. Je les encourage juste dans leur voie car c’est un métier intéressant et dynamique.

Aziz : Je vous suggère de vous mettre également à l’anglais afin de viser des postes au sein d’entreprise internationale.

PLUS DE 100 FORMATIONS, LAQUELLE CHOISIREZ-VOUS ?
1. Je choisis la formation qui m'intéresse
2. Ma demande est envoyée à une des meilleures écoles dans le domaine
3. Un conseiller m’appelle sous 48h pour parler de mon projet