Connaissez-vous le métier d’ergothérapeute ? Accessible après trois ans de formation (et l’obtention du concours), ce métier de la santé correspond parfaitement aux personnes désirant aider les patients à retrouver autonomie et indépendance par le biais de la rééducation et la réadaptation. L’ergothérapeute donne également des conseils à ses patients et à son entourage pour permettre une meilleure intégration dans les différents environnements (professionnel, personnel, social).

Plus qu’une simple définition, retrouvez à travers les témoignages de José, Candice et Amélia, le quotidien de l’ergothérapeute (ainsi que toutes les informations concernant le salaire, les études, la formation, le concours d’ergothérapeute, le diplôme…)

A noter : un forum en bas de cette page vous permet d’échanger à propos du métier d’ergothérapeute. 

En quoi consiste le métier d’ergothérapeute ?

José : L’ergothérapeute cherche à redonner de l’autonomie individuelle, sociale et professionnelle à une personne handicapée. Il analyse la situation et met en place tout un dispositif (aide humaine, aide animalière, aide technique, installation de mobilier médical…).

Candice : Par le biais d’activités, l’ergothérapeute tente de redonner des possibilités d’autonomie à une personne souffrant d’un handicap. Le but de l’ergothérapeute, c’est la réadaptation (autonomie au repas, à la toilette…) c’est-à-dire trouver le moyen pour que la personne conserve tous ses automatismes à la maison, comme respecter l’heure des repas, se brosser les dents…

Amélia : Il est un thérapeute, comme son nom l’indique. C’est avant tout un rééducateur, qui s’occupe des personnes de tout âge, des enfants aux personnes âgées. En rééducation, il travaille sur la dimension sociale et psychologique par des activités vraiment ciblées vers le quotidien.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

José : J’évalue via une mise en situation le besoin de la personne. Je remplis ensuite un cahier des charges, en fonction de ses besoins et ses envies du patient. J’aime voir l’évolution positive de mon patient.

Candice : J’aime me sentir liée à une personne et donc à une famille pour les aider à retrouver le plaisir de vivre ensemble au quotidien.

Amélia : Ma plus grande fierté est de voir une personne que j’ai suivie pendant des années réussir enfin à vivre en total autonomie !

Qu’est-ce que vous aimez le moins dans votre métier ?

José : Nous exerçons un métier où le travail en équipe est primordial, alors j’ai du mal à accepter le comportement de certains médecins qui tentent par tous les moyens de s’attirer les lauriers.

Candice: Le manque d’hommes dans le métier, qui nous apportent un autre regard, une autre façon d’aborder une situation.

Amélia : Un patient qui ne fait aucun effort. Nous pouvons déployer énormément de moyens, mais il reste toujours un minimum d’efforts à fournir.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

José : Une grande capacité d’anticipation. Quand on prévoit des aménagements dans une maison, c’est pour du long terme (10 ans au moins), il faut donc savoir prévoir, définir les besoins et écouter les envies de la personne. Par exemple, si elle aime prendre des bains, il faut lui prévoir l’installation d’une baignoire, et pas uniquement un bac à douche.

Candice : Etre patient, attentif, et pédagogue.

Amélia : Il faut aimer aider les autres, être créatif, dynamique, et dégager des « ondes positives » qui rassurent et mettent en confiance le patient.

Quelle est la formation pour devenir ergothérapeute ?

Vous devrez obtenir le diplôme d’État d’Ergothérapeute qui se prépare en 3 ans. Sachez que la première année est commune à toutes les études de santé, et que ce diplôme équivaut à un Bac + 2.

Y a-t-il un concours d’ergothérapeute ?

Oui. Les candidat(e)s doivent être âgé(e)s d’au moins 17 ans au 31 décembre de l’année des épreuves d’admission, et justifier de l’obtention du baccalauréat français ou d’un titre admis en équivalence.

Il vous faudra réussir le concours d’entrée composé de trois épreuves :
– Des tests psychotechniques
– Une contraction de texte
– Une épreuve portant sur le programme de biologie et physique de première et terminale scientifique.

Les candidat(e)s sont admis en fonction de leur rang de classement.

Attention : des conditions spécifiques d’admission sont prévus à Bordeaux, Lyon et Nancy où les élèves sont sélectionnés en fonction de leur classement à l’issue d’une année préalable et obligatoire de PCEM1.

L’admission définitive est subordonnée à la production d’un certificat médical émanant d’un médecin agréé attestant :
–  que le(la) candidat(e) n’est atteint d’aucune affection physique ou psychologique incompatible avec l’exercice de la profession ;
–  des vaccinations antidiphtérique, antitétanique, antipoliomyélite et antityphoïdique.
Il doit également préciser que le(la) candidat(e) a subi un test tuberculinique et que celui-ci est positif ou que deux tentatives infructueuses de vaccination par le BCG ont été effectuées.

Des dispenses de scolarité peuvent être accordées aux sages-femmes(maïeuticiens), masseurs(euses)-kinésithérapeutes, infirmiers(ères) et psychomotriciens(ennes) qui peuvent accéder directement en deuxième année sous réserve du succès à une épreuve particulière. La VAE est également envisageable sous certaines conditions.

Existe-t-il des écoles d’ergothérapeute ?

Il existe 8 écoles d’ergothérapeutes agréées : Bordeaux, Montpellier, Rennes, Nancy, Berck-sur-Mer, Lyon, Paris, et Créteil. Plusieurs organismes de formation à distance préparent au concours d’ergothérapeute, comme le CFNDI, le CNED, Progress Santé, Excosup pour ne citer qu’eux.

Quel est le salaire d’un ergothérapeute ?

L’ergothérapeute débute avec un salaire de 1500 € / mois qui peut atteindre 3500 € / mois en fin de carrière.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

José : Le Bac S est très fortement recommandé pour entrer dans les Instituts de formation.

Candice : Mettez toutes les chances de votre côté pour exercer ce fabuleux métier, pour cela, pas de secret : travailler et encore travailler.

Amélia : Le concours d’entrée est très sélectif alors préparez-le très sérieusement.