L’huissier de justice est un officier ministériel et un expert du droit. Il se charge d’informer des justiciables, de faire appliquer des décisions de justice ou d’établir des constats qui serviront de preuves incontestables devant les tribunaux. Bien qu’il pâtisse d’une mauvaise image, l’huissier est un vrai conseiller et conciliateur qui apporte une aide précieuse pour trouver un dénouement viable dans des situations critiques.

Découvrez le métier d’huissier au travers des témoignages d’Odile, Clara et Grégory qui vont nous parler de leur profession et de tous ce qu’il y a à savoir : formations, salaire… 

En quoi consiste le métier d’huissier ?

Odile : Le métier d’huissier consiste à faire appliquer le droit suite à des décisions de justice ou à faire des constats qui serviront dans des dossiers afin de faire respecter les droits de chacun. Par exemple, on est amené à exécuter des décisions de justice comme la délivrance d’assignation à comparaitre pour convoquer un prévenu à une audience. Mais nous intervenons aussi dans le cadre de constats pour un dégât des eaux, pour un état des lieux ou pour un litige de voisinage.

Clara : C’est un métier de terrain où les missions sont nombreuses et variées. Nos interventions se font principalement dans le cadre de litiges où notre but est alors de faire appliquer les décisions et de justice et de faire respecter la loi. Mais nous avons une vraie mission d’information et de conseil aussi. En effet, on intervient de plus en plus dans le conseil juridique et dans des médiations pour trouver des solutions à l’amiable de manière à éviter des procédures judiciaires longues et couteuses.

Grégory : Nous sommes un des rouages nécessaire au bon fonctionnement de la justice. Notre rôle ne se cantonne pas aux recouvrements de dettes et aux saisies pour défaut de paiement mais bien à la recherche de solutions entre des personnes qui s’opposent. On informe les clients de leurs droits en proposant des solutions viables pour résoudre un conflit. On intervient aussi bien auprès des professionnels que des particuliers dans une multitude de contextes.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Odile : Je fais ce métier car c’est une passion. J’aime l’aspect juridique et l’aspect relationnel particulier de la profession. Les gens me remercie plus souvent pour l’aide que je leur apporte qu’ils ne se plaignent à cause de l’application d’une décision de justice.

Clara : Ce que je préfère dans ce métier, c’est le conseil juridique et la médiation. La plupart du temps, on trouve une solution qui convient à tout le monde grâce à une bonne écoute, au dialogue et à nos conseils.

Grégory : C’est un métier de terrain où l’on est au contact des gens et c’est vraiment appréciable. On est source de bons conseils et on représente aussi un moyen de s’en sortir pour des personnes faisant face à des problèmes qui peuvent leur paraitre insurmontables.

Qu’est-ce que vous aimez le moins dans votre métier ?

Odile : C’est un métier du droit parmi les plus décriés qui pâtie vraiment d’une image exécrable auprès du public. Le métier d’huissier n’est pas toujours une étiquette facile à porter alors que ce n’est pas justifié.

Clara : Les interventions dans des contextes difficiles face à des personnes en position de faiblesse sont toujours des moments difficiles. On est parfois obligé de faire appliquer des décisions de justice à contrecœur.

Grégory : Le fait de travailler sur le terrain oblige à une grande disponibilité suivant des horaires pouvant aller de 6h du matin jusqu’à 21h le soir. D’une manière générale, c’est un métier qui demande un investissement en temps important.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Odile : Une grande force de caractère et de la diplomatie sont des qualités indispensables pour aider, conseiller et faire respecter les décisions de justice et le droit de chacun.

Clara : Il faut faire preuve de psychologie pour écouter, conseiller et trouver des consensus mettant d’accord toutes les parties prenantes et ainsi éviter les tribunaux lorsque c’est possible.

Grégory : L’humilité est une qualité indispensable à l’exercice du métier d’huissier étant donné notre environnement de travail quelque peu atypique.

Quelle est la formation pour devenir huissier ?

La formation pour devenir huissier(ère) nécessite d’être titulaire d’un Master 1 en droit (ou diplôme équivalent) avant de pouvoir accéder à la formation composée d’un stage rémunéré de 2 ans (dont au moins 1 an dans une étude d’huissier) et d’un enseignement dispensé par la Chambre des Huissiers dans chaque région.

A la suite de cette formation, le(la) candidat(e) devra passer un examen final très sélectif (25% d’admis). Aussi, il est vivement conseillé de suivre la préparation de l’Ecole Nationale de Procédure (ENP) pour vous préparer au mieux à cet examen.

Y a-t-il un concours pour exercer ce métier ?

Il ne s’agit pas d’un concours à proprement parler mais d’un examen professionnel national dont la réussite conditionnera la nomination au titre d’huissier(ère) de justice.

Existe-t-il des écoles spécialisées dans ce domaine ?

Il n’y a pas d’écoles spécialisées mais la formation dispensée par l’Ecole Nationale de Procédure (ENP) est vivement recommandée.

Quel est le salaire d’un huissier ?

La rémunération varie en fonction des actes tarifés par l’Etat et des honoraires libres des prestations. En moyenne, un huissier débutant gagne entre 5000 € et 8000 € brut mensuel.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

Odile : La sélectivité est vraiment rude donc préparez du mieux que vous pouvez l’examen final en suivant notamment la préparation de l’Ecole Nationale de Procédure pour mettre un maximum de chances de votre côté.

Clara : Si vous aimez faire respecter le droit et les relations humaines, ce métier est fait pour vous.

Grégory : Les stages en études d’huissier sont très formateurs. Ils permettent vraiment de savoir si ce métier est fait pour la personne.