Ce métier vous intéresse ? Formez-vous de chez vous grâce à notre partenaire. Plus d’informations et documentation gratuite en bas de cette page.

A l’instar de l’éducateur(trice) spécialisé(e), le(la) moniteur(trice)-éducateur(trice) accompagne les personnes en difficultés physiques, psychiques ou sociales et à retrouver l’autonomie.

Pour cela, il(elle) anime des ateliers et suit la progression de chaque résidant. Ce métier, étroitement lié au secteur sanitaire et social, demande à la fois force de caractère et empathie.

Découvrez à travers les témoignages de Nicolas, Larissa et Aziz, le métier de moniteur-éducateur, ainsi que les étapes pour accéder à cette profession : formation, concours, écoles… 

En quoi consiste le métier de moniteur(trice)-éducateur(trice) ?

Nicolas : J’interviens auprès de personnes ayant des difficultés physiques, psychiques, ou sociales. J’encadre les AMP (aides médico-psychologiques) afin d’organiser la vie quotidienne ainsi que des activités qui viendront aider la personne à retrouver une certaine autonomie.

Larissa : La monitrice-éducatrice cherche, avec son équipe, à sociabiliser les personnes handicapées physiques ou mentales, ou tout simplement internées pour un temps en hôpital psychiatrique.  Nous travaillons soit en foyer, soit en centre hospitalier. Nous organisons de multiples ateliers pour développer les facultés de chacun. La monitrice-éducatrice travaille souvent sous la responsabilité d’un éducateur spécialisé.

Aziz : Le moniteur-éducateur exerce son métier auprès de personnes en difficultés (de l’enfant à l’adulte).  Il intervient dans la vie quotidienne pour apporter une certaine éducation et donc permettre une sociabilisation de l’individu. A travers différents ateliers que nous animons, nous aidons la personne à créer des liens avec les autres, et à développer ses capacités. Le moniteur-éducateur travaille surtout dans des foyers de vie (internat, ou externat), des Centres d’Aide par le Travail (CAT), des Maisons d’Enfants à Caractère Social (MECS), ou des Instituts Médico-Educatifs (IME).

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Nicolas : Les relations humaines très fortes ! Et le fait qu’il n’y ait pas de routine.

Larissa : J’adore constater la progression des résidents vers leur autonomie. Nous leur consacrons beaucoup de temps et d’énergie, alors c’est le plus beau cadeau que nous puissions avoir en retour.

Aziz : J’aime la relation souvent fusionnelle qui se tisse au fur et à mesure du temps avec les personnes qu’on accueille.

Qu’est-ce que vous aimez le moins dans votre métier ?

Nicolas : Le manque de personnel et de moyens pour animer des ateliers.

Larissa : Quand la fatigue l’emporte sur mon travail, ce qui me rend moins efficace fasse à la gestion de mes émotions.

Aziz : Les ateliers qui sont souvent les mêmes, dommage, et la rédaction des compte-rendus.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Nicolas : Le moniteur-éducateur doit savoir se montrer patient, aimer animer un atelier, être créatif aussi, et être un moteur pour le groupe.

Larissa : Il faut être forte psychologiquement, savoir  animer un groupe, avoir des qualités relationnelles, et avoir un minimum d’autorité.

Aziz : Le moniteur-éducateur doit aimer le travail en équipe, avoir les nerfs solides, et une bonne capacité d’adaptation et d’écoute.

Quelle est la formation pour devenir moniteur(trice)-éducateur(trice) ?

Il est indispensable d’obtenir le diplôme d’Etat de Moniteur-Educateur (DEME) pour exercer cette profession. Vous pouvez accéder à ce diplôme en passant une V.A.E. (Validation des Acquis de l’Expérience). La formation dure 2 ans comprenant 950 h de théorie et 7 mois de stage. A noter : il existe aussi des formations de moniteur(trice)-éducateur(trice) en alternance.

Y a-t-il un concours de moniteur(trice)-éducateur(trice) ?

Il faut passer le concours d’entrée au diplôme d’Etat de Moniteur-Educateur (DEME). Aucun diplôme n’est exigé pour s’y présenter.

Les épreuves d’admission comprennent :
– une épreuve écrite pour juger de votre culture générale ;
– des épreuves orales destinées à apprécier votre motivation, votre connaissance du métier de moniteur-éducateur ou du secteur, votre maturité…

Il existe des dispenses de certains modules de formation pour les titulaires par exemple du DEAVS, du DEAF ou du DEAMP.

Existe-t-il des écoles de moniteur(trice)-éducateur(trice) ?

Renseignez-vous auprès de la DRASS de votre région pour connaître les écoles et leurs modalités d’inscription. En outre, certaines écoles proposent une préparation au concours de moniteur(trice)-éducateur(trice). C’est le cas du CNFDI, Cours Minerve, Educatel, Supsocial, pour ne citer que les organismes de formation à distance.

Quel est le salaire d’un(e) moniteur(trice)-éducateur(trice) ?

Un(e) moniteur(trice)-éducateur(trie) débutera sa carrière avec un salaire de 1300 € brut / mois environ. Il atteindra jusqu’à plus ou moins 2500 € brut / mois.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

Nicolas : C’est un métier génial, très enrichissant, et humainement très fort.

Larissa : Si vous aimez encadrer des personnes en difficultés et animer des ateliers, vous vous épanouirez dans ce métier !

Aziz : Essayez de vous faire un maximum d’expériences dans le secteur du sanitaire et social. Cela vous aidera énormément à convaincre le jury du concours d’entrée de votre motivation.

Ce métier vous intéresse ? Recevez gratuitement une documentation sur la formation

Formez-vous de chez vous, à votre rythme grâce à Cours Minerve. Remplissez le formulaire, un conseiller vous informera sur le programme détaillé et les tarifs.


PARTAGER