Qu’y a-t-il de plus beau que de donner la vie ? Pendant ce moment unique dans une vie, la sage-femme / maïeuticien est présente. C’est elle qui accompagne la maman (et un peu le papa aussi) pour que l’accouchement se passe dans les meilleures conditions.

Adeline, Christine et Solange nous parlent de leur métier, des moments heureux et des difficultés de la profession. Découvrez aussi comment devenir sage-femme / maïeuticien : les études, la formation, le salaire…

En quoi consiste le métier de sage-femme / maïeuticien ?

Adeline : La sage-femme guide les futurs-parents dans leur projet de naissance. Son rôle principal est d’accompagner la maman pendant l’accouchement. La sage-femme peut également donner des cours de préparation à l’accouchement. Le plus souvent, elle travaille dans la fonction publique ou dans le privé, mais certaines sages-femmes choisissent d’exercer en libéral.

Christine : La sage-femme est une spécialiste de la femme enceinte et de la naissance. Elle  s’occupe des grossesses dites « sans problème », sinon, elle passe le relais à un médecin. Elle assure le suivi médical de la grossesse (examens, échographies, dépistages…), et à la responsabilité du bon déroulement de l’accouchement. Après la naissance, la sage-femme veille sur la santé de la mère et de son bébé, la conseille sur l’hygiène et l’alimentation du nourrisson.

Solange : La sage-femme assure le suivi médical d’une grossesse “normale”. Elle prescrit et effectue les examens nécessaires. Elle peut aussi animer des cours de relaxation, de sophrologie, de yoga, ou encore de piscine, dans le cadre de séances de préparation à la naissance. Le jour de l’accouchement, elle suit la maman dès son entrée jusqu’à la délivrance. La plupart des grossesses sont suivies uniquement par des sage-femme. Les sage-femmes réalisent 80% des accouchements en totale autonomie, jouissant de leur droit de prescription notamment. Si effectivement une pathologie se présente, il faudra appeler le gynécologue, mais uniquement en cas de pathologie.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Adeline : Travailler auprès des mamans m’apportent beaucoup. J’organise des cours de préparation à l’accouchement et ça me plait beaucoup. Je suis toujours surprise quand je vois des futures-mamans qui se comportent comme si de rien n’était. Certaines déménagent, d’autres refont leur intérieur… Alors que dans quelques semaines, leur vie sera bouleversée à jamais avec l’arrivée de leur bébé.

Christine : Il n’y a rien de plus beau que de donner la vie. Ce métier est pour moi une véritable vocation.

Solange : C’est un métier très humain et toujours dans l’action. Chaque accouchement est différent, chaque parent également. On ne peut jamais savoir à l’avance comment cela va se passer. Après douze ans de métier, je suis toujours émue quand les mamans croisent pour la première fois le regard de leur bébé. Rien que d’en parler, j’en ai la chair de poule.

Qu’est-ce que vous aimez le moins dans votre métier ?

Adeline : Les gardes et les horaires variables sont très fatigants. Pas toujours facile de garder le rythme. Sachez que le plus beau métier du monde, c’est aussi se prendre 2L de liquide amniotique sur les pieds à 3h du matin. Mais on l’aime quand même !

Christine : Les responsabilités sont parfois lourdes à porter. Malheureusement, tous les accouchements ne se passent pas bien. Ces moments là sont toujours très durs.

Solange : Le métier de sage-femme est très fatigant, car nous faisons beaucoup de gardes de nuit. C’est également un stress de ne pas savoir à l’avance comment se déroulera l’accouchement. C’est beau, mais stressant.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Adeline : Le métier de sage-femme exige une bonne résistance physique et psychologique. Il faut être passionnée, aimer le contact avec les patientes, et savoir se montrer rassurante.

Christine : C’est un métier qui demande beaucoup d’énergie, d’empathie, d’écoute, de patience et de réactivité.

Solange : Il faut savoir prendre rapidement les bons choix, aimer s’investir et accompagner les futurs-parents dans l’un des plus beaux moments de leur vie. Il faut aussi avoir une force de caractère, ne pas avoir peur de s’imposer pour mener à bien l’accouchement.

Quelle est la formation pour devenir sage-femme / mïeuticien ?

Le diplôme d’état de sage-femme / maïeuticien est un niveau MASTER, bac+5. La première année étant celle de l’obtention du concours, le même que pour Médecine, pharmacie et dentaire, car ces 4 professions sont les seules professions médicales en France (Non, les sage-femmes / maïeuticiens ne sont pas des paramédicaux comme les infirmier(ère)s). Il convient de noter que l’obtention de ce concours est difficile. Beaucoup d’inscrits pour peu d’heureux(euses) élu(e)s ! Des heures et des heures et des heures de bachotage, une vie monacale pendant 1 an, c’est la première année de médecine! Nombreuses sont celles et ceux abandonnent leur rêve!

Y a-t-il un concours de sage-femme / maïeuticien ?

Il y a effectivement un concours pour entrer en ESF (écoles de sage-femme / maïeuticien). Les conditions d’admissions sont :
– Produire un certificat médical émanant d’un médecin agrée attestant de votre bon état de santé et de vaccination.
– S’acquitter des frais de scolarité qui varient selon les écoles.
– Avoir 18 ans au moins au 31 décembre de l’année du concours
– Réaliser, après le baccalauréat, la première année de faculté de médecine (PCEM1) ainsi que le concours de fin d’année (Notez que cette première année ne peut être recommencée qu’une seule fois)

Pour être déclaré(e) admissible, vous devez réussir votre 1ère année de PCEM1, et avoir un bon classement.

Quelques organismes de formation à distance comme Cours Minerve par exemple proposent de préparer le concours d’entrée.

Existe-t-il des écoles de sage-femme / maïeuticien ?

Il y a actuellement 38 écoles de sages-femmes / maïeuticiens en France.

Quel est le salaire d’une sage-femme / maïeuticien ?

En moyenne la sage-femme débute avec un salaire proche de 1500 €/mois et, en fin de carrière, elle peut espérer gagner 2500 €/mois.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

Adeline : Je vous conseille de beaucoup travailler et de persévérer, surtout la 1ère année. Au début, c’est vrai qu’on a peu de contact avec les mamans et les bébés, mais « tout vient à point à qui sait attendre ».

Christine : C’est un secteur qui recrute, et la profession de sage-femme est vraiment le plus beau métier du monde !

Solange : Je vous recommande vivement de passer un bac scientifique si vous comptez  suivre ces études. Ne comptez pas sur la chance, mais plutôt sur votre travail et votre motivation.